Hollande et Ayrault à la conquête des patrons étrangers

  • A
  • A
Hollande et Ayrault à la conquête des patrons étrangers
@ MaxPPP
Partagez sur :

RENDEZ-VOUS - Une trentaine de chefs d'entreprises étrangères sont reçus lundi à l’Elysée pour un conseil stratégique de l'attractivité.

L’INFO. Le président français lance sa grande opération séduction. Lundi, dans la lignée du "pacte de responsabilité" promis aux entreprises pour relancer l'emploi, François Hollande va recevoir à l'Elysée une trentaine de chefs d'entreprises étrangères pour un conseil stratégique de l'attractivité, au terme duquel le chef de l'Etat annoncera des mesures pour rendre le territoire plus accueillant.

Ayrault mobilisé… Signe que le moment est d’importance, Jean-Marc Ayrault a pris les devants en invitant toute la tablée des entrepreneurs à Matignon, dimanche soir. "Nous sommes heureux de partager avec vous, et de discuter de la richesse de vos expériences", a déclaré le Premier ministre, selon des propos rapportés par son entourage. "L'investissement est, et a été, dès le départ, une priorité de mon gouvernement", a-t-il ajouté, précisant que son "ambition est que la France soit à la hauteur des grandes mutations du monde".

... les ministres aussi. L’ensemble du gouvernement est sur le pont. A Matignon, aux côtés des responsables de Siemens, Volvo, General Electric, Nestlé mais aussi de patrons de fonds du Koweït ou du Qatar ou d'entreprises de pays émergents étaient aussi présents Arnaud Montebourg (Redressement productif), Fleur Pellerin (Economie numérique), Nicole Bricq (Commerce extérieur), Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur), Sylvia Pinel (Artisanat), Hélène Conway-Mouret (Français de l'étranger).

"Il faut leur donner confiance, on sait que la bataille est rude", a déclaré dimanche la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, sur Europe 1. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a expliqué vendredi que "c'est une réunion avec des patrons qui viennent de l'ensemble du monde, qui pèsent 850 milliards d'euros, pour les convaincre que la France est un pays où l'on peut investir, où il faut investir". Le message est passé.

sur le même sujet, sujet,

DU CONCRET - Croissance : les raisons de la bonne surprise

INFO E1 - Pacte de responsabilité : pas de contreparties chiffrées

RÉCIT - Les dessous du câlin entre François Hollande et un "pigeon"