Hollande annoncera son Premier ministre le 15 mai

  • A
  • A
Hollande annoncera son Premier ministre le 15 mai
Partagez sur :

Europe1.fr vous a fait vivre en live l'élection du nouveau président pendant 40 heures non-stop.

François Hollande à l'Elysée pour les cinq prochaines années : les Français ont choisi dimanche leur nouveau président de la République. Coulisses, résultats, réactions, tractations : pendant 40 heures, Europe 1, ses envoyés spéciaux et ses correspondants vous ont livré toutes les informations.

21h50. Sarkozy a eu Merkel et Cameron au téléphone. Le président battu Nicolas Sarkozy a eu lundi des "conversations amicales" au téléphone avec ses principaux homologues étrangers Barack Obama, Angela Merkel et David Cameron, a indiqué l'Elysée.

21h30. Obama remercie Sarkozy pour son "amitié". Le président des Etats-Unis a remercié son homologue français sortant pour son "leadership solide, son amitié et sa coopération dans une période difficile", a annoncé la Maison Blanche après un appel téléphonique entre les dirigeants.  Lors de cet appel, Barack Obama "a exprimé son appréciation pour la coopération qui a marqué les relations entre les deux dirigeants depuis janvier 2009", et a exprimé ses "meilleurs voeux à Nicolas Sarkozy et à son épouse Carla", a précisé le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney.

21h25. Hollande rencontrera Merkel le 16 mai, précise Moscovici. François Hollande rencontera Angela Merkel à Berlin, "le lendemain" de sa prise de fonctions le 15 mai à l'Elysée, c'est-à-dire le 16 mai, a précisé sur France 2 Pierre Moscovici, responsable de la transition présidentielle dans l'équipe du président élu.

21h15. Le Premier ministre tunisien souhaite l'appui de Hollande au "printemps arabe". "Le chef du gouvernement souhaite que sous la présidence de M. Hollande, la France renforce son appui au processus de transition démocratique et au 'printemps arabe'", indique un communiqué du chef du gouvernement tunisien. "Le peuple français a choisi le changement, l'ouverture et le dialogue constructif", a-t-il noté, espérant voir "le mandat de François Hollande offrir l'occasion de consolider davantage les liens d'amitié et de coopération" avec la Tunisie.

21h00. Eric Besson annonce qu'il ferme son compte Twitter. Le ministre de l'Industrie a envoyé plusieurs messages lundi soir pour avertir qu'il comptait quitter le réseau social : "Je reviendrai sur Twitter dans quelques jours... ou quelques mois", écrit-il. "J'ai aimé ces 15 mois sur Twitter. Informer, échanger, provoquer, jouer, j'ai usé et abusé de cet espace de liberté", poursuit-il dans un autre message.



20h45. Thomas Hollande raconte le président. Le fils aîné du nouveau président de la République se confie dans les colonnes de Paris Match. Thomas Hollande assure que son père, malgré les responsabilités politiques a toujours été très proche de ses enfants : "C’est un père attentionné, attentif, présent. Quelqu’un de très affectueux, de très tactile", raconte-t-il. Thomas revient aussi sur le désormais célèbre sens de l'humour de son père : "Dans la famille, on n’est pas des gens tristes, on aime faire des blagues. François nous faisait rire." Parmi les qualités peu connues du nouveau chef de l'Etat, son fils révèle que François Hollande aime faire les courses : "c'est son kif", dit-il. "De temps en temps, il faisait la cuisine. C’était des choses classiques, style brasserie, avec des viandes, des pommes de terre et… pas mal de beurre !", poursuit-il. Et le fils aîné de François Hollande et Ségolène Royal affirme encore que son père "n’est pas matérialiste". "La belle maison, la bagnole, les fringues, il s’en fout. Il porte toujours la même montre Swatch. (...) C’est un épicurien. Il aime que sa vie, au jour le jour, soit agréable.

thomas hollande reuters 930620

© REUTERS

20h35. L'Equateur salue le "triomphe de la démocratie" en France. L'Equateur "félicite le président élu de France François Hollande pour sa victoire, expression du triomphe de la démocratie pour le pays frère et son peuple qui a choisi le changement", a annoncé le ministère équatorien des Affaires étrangères dans un communiqué. Quito a aussi exprimé sa "volonté profonde de renforcer les relations diplomatiques bilatérales et d'approfondir les liens d'amitié avec le nouveau gouvernement socialiste français".

20h30. 8 mai : "une belle image" pour "la réconciliation", dit Hollande. Le président élu a dit avoir apprécié le geste de Nicolas Sarkozy l'invitant à commémorer avec lui le 8 mai. "Que nous puissions avoir, le 8 mai, le président encore en exercice, Nicolas Sarkozy, et celui qui est désormais élu par les Français, je crois que c'est une belle image qui permet d'agir pour ce qui est, à mon avis, l'objectif qui doit être le mien au lendemain de ce scrutin : la réconciliation", a-t-il dit.

20h12. Le nom du Premier ministre le 15 mai. "Le 15 mai, vous aurez le nom du Premier ministre", a promis lundi soir François Hollande. Quant à la constitution de son gouvernement : "cela viendra quand je serai officiellement président de la République". Une confidence à la sortie de son QG de campagne lors de laquelle il a aussi indiqué qu'il privilégiait pour l'instant les dossiers internationaux. "Je dois préparer un certain nombre de déplacements et de voyages", a-t-il affirmé. "Beaucoup de chefs d'Etat et de gouvernement veulent me connaître, veulent me présenter un certain nombre de dossiers qui leurs sont chers. Je dois les écouter", a-t-il dit.

françois hollande quitte son QG le 7 mai REUTERS 930620

© REUTERS

19h55. Hollande en tête dans 333 circonscriptions. Le président de la République est arrivé en tête du second tour de la présidentielle dans 333 des 577 circonscriptions françaises, selon des chiffres donnés lundi par le ministère de l'Intérieur. Ce gain devrait permettre à la gauche (PS, EELV et Front de gauche) d'obtenir une assez confortable majorité lors des élections législatives qui auront lieu les 10 et 17 juin prochain.

19h40. Huchon salue un "vote historique" pour Hollande en Ile-de-France. Le président socialiste de la région a salué lundi "un vote historique" , qui a donné plus de 53% des voix à François Hollande soit un score "jamais atteint par un candidat de gauche". Le président francilien appelle à "transformer l'essai aux élections législatives pour donner une majorité la plus large possible au prochain gouvernement", sur lequel il compte pour "ouvrir pour un 3e acte de la décentralisation".

19h35. Jacques Chirac a appelé Hollande pour le féliciter. L'ancien président de la République a téléphoné à François Hollande pour lui adresser ses "sincères félicitations", selon les informations du Figaro. Selon le quotidien, Jacques Chirac lui a souhaité "pour vous et pour la France, une très grande réussite", lui rappelant qu'il connaissait "la difficulté de la tâche".

19h20. Les investisseurs ne boudent pas la dette française. Les investisseurs ont acheté des titres de dette française lundi, au lendemain de la victoire du candidat socialiste François Hollande à l'élection présidentielle, faisant bon accueil à sa stratégie de relance de la croissance en Europe. Paris a levé sans difficulté près de 8 milliards d'euros à court terme à des taux globalement bas, signe de la confiance des investisseurs malgré les incertitudes sur les mesures qui seront prises par le nouveau gouvernement dans les prochaines semaines.

>> A lire : "comment Hollande a ménagé les marchés"

19h15. Le temps des cerises à l'Elysée. Les premières cerises de France ont été cueillies et livrées lundi à la coopérative de Céret, dans les Pyrénées-Orientales, avant d'en expédier 5 kilos au président de la République. C'est la tradition depuis 1932, "on choisit consciencieusement sur les arbres les plus belles et on les envoie à l'Elysée, quel que soit le locataire", explique Jacques Arnaudiès, le patron de la coopérative. Comme François Hollande ne prendra ses fonctions que le 15 mai, il "devra attendre l'année prochaine pour goûter nos cerises", plaisante-t-il.

19h10. L'élection de Hollande n'a pas d'impact sur le AAA français, assure Fitch. L'agence de notation estime que le nouveau président sera confronté aux mêmes défis que son prédécesseur. "L'élection (...) de François Hollande (...) n'a pas d'implications pour la note AAA de la France, actuellement sous perspective négative", explique l'agence dans un communiqué. "Néanmoins, sa victoire électorale marque un changement important à la tête de la France et de l'Europe. Cependant, le nouveau président est confronté aux mêmes difficultés que son prédécesseur : le renforcement de la crédibilité budgétaire, l'amélioration du potentiel de croissance à moyen terme de la France et le traitement de la crise de la zone euro." L'agence de notation a indiqué qu'elle ne se prononcerait pas sur la perspective d'évolution de la note de la France avant 2013.

19h10. "Un collectif de campagne" pour les législatives à l'UMP, dit Bertrand sur Europe 1. "Il faut un collectif pour incarner, pour montrer l'unité du parti", explique le ministre du Travail. Selon Xavier Bertrand, ce collectif devrait être composé "d'anciens ministres, d'anciens secrétaires généraux, et aussi de bons nombres de personnalités, comme Michèle Alliot-Marie". Le ministre du travail a également appelé les militants UMP à se mobiliser : "Cette élection est loin d'être gagnée par la gauche. Plus nous serons nombreux, nous serons victorieux", a-t-il assuré.

19h05. Fillon appelle l'UMP à "ne céder ni à la gauche, ni au FN".  "Notre devoir, c'est le rassemblement de l'UMP. Il faut se battre sur nos convictions politiques", a lancé le Premier ministre aux ténors UMP réunis en bureau politique extraordinaire lundi après-midi. " Il ne faut ni céder aux intimidations de la gauche qui réclame tous les pouvoirs en oubliant qu'en démocratie, nous sommes là pour gagner et pas pour faire de la figuration. Et il ne faut pas céder aux menaces de l'extrême droite dont le but est de nous diviser pour ensuite nous briser", a-t-il ajouté.

19h00. Hollande ne doit pas compter sur "un état de grâce", prévient Le Foll sur Europe 1. Pour le responsable de l’organisation de la campagne de François Hollande l'Etat de grâce "existe de moins en moins". "Il y aura tout de suite à prendre les bonnes mesures et mettre en œuvre le projet pour lequel François Hollande a été élu", a ajouté Stéphane Le Foll.

18h55. Cécilia Attias souhaite "bonne chance" à la France sur Twitter. Pour l'ex-femme de Nicolas Sarkozy, la France "entre dans une nouvelle ère". Sur le site de micro-blogging Twitter, celle qui vit désormais aux Etats-Unis souhaite "bonne chance".



18h50. Le parti de Christine Boutin aura des candidats dans toutes les circonscriptions à Paris. Le parti chrétien-démocrate présentera des candidats dans les 18 circonscriptions de Paris face à l'UMP pour les législatives de juin. "C'est une stratégie pour faire entendre une voix du centre droit au sein d'une UMP monolithique et faire vivre une droite plurielle dans laquelle des candidats ont des choses à exprimer et pas seulement suivre le FN", a expliqué Franck Margain, vice-président du PCD. Le PCD indique "qu'il ne mènera pas ce combat seul et qu'il nouera des alliances avec d'autres composantes de la droite de convictions", selon un communiqué.

18h45. Le président ukrainien a félicité François Hollande. Viktor Ianoukovitch, en froid avec l'Union européenne, a félicité lundi le socialiste pour sa victoire, espérant que ce dernier va soutenir le rapprochement de Kiev avec l'UE. Il a espéré que la France allait "rester parmi les pays européens qui soutiennent (...) l'orientation de l'Ukraine vers les réformes" ayant pour objectif "le rapprochement avec l'UE", selon un communiqué de la présidence.

18h25. Hollande a "bondi de son canapé" en apprenant la victoire. Le maire de Tulle a raconté lundi la joie de François Hollande lorsqu'il a appris qu'il était élu. Lorsque son visage est apparu à la télévision à 20 heures, il y a eu "une explosion de joie", puis "il s'est levé le premier, a bondi de son canapé, a embrassé sa compagne, puis nous", raconte Bernard Combes. Le maire avait appris par un SMS de Valérie Trierweiler à 18h30 que "la victoire était certaine". A ce moment, François Hollande et sa compagne "étaient tous les deux, ils avaient demandé à bénéficier d'un moment d'intimité dans le bureau de François Hollande. C'est un moment qui leur a appartenu". Bernard Combes a ensuite vu François Hollande vers 19h15 : "on s'est embrassés, j'ai un petit peu pleuré, j'étais très ému, il m'a dit 'remets-toi, ça va passer'".

18h05. Le bureau politique de l'UMP affirme "à l'unanimité" la "cohésion" du parti. "Tous autant que nous sommes dans le bureau politique, dans l'unanimité, nous avons réaffirmé notre attachement à la cohésion, à la solidité et au rassemblement total de notre famille politique", a déclaré le secrétaire général du parti, Jean-François Copé.

18h00. Proclamation officielle des résultats de la présidentielle jeudi à 11 heures. Le Conseil constitutionnel proclamera jeudi les résultats définitifs de l'élection présidentielle, après avoir vérifié - et éventuellement corrigé - les chiffres du ministère de l'Intérieur.

17h55. L'élection de François Hollande vue par la télévision taïwanaise. Connue pour ses reconstitutions loufoques, la télé taïwanaise s'est cette fois intéressée à la présidentielle française. Suicides de banquiers, billets de 500 euros en réanimation, retour des monnaies enterrées...

Regardez le dessin animé de l'élection de Hollande :

17h45. Pour Chantal Jouanno, Sarkozy a été "mal conseillé". La sénatrice s'est déclarée "choquée" par l'attitude du numéro un de l'UMP, Jean-François Copé, à propos du score de Marine Le Pen au premier tour, estimant que "la peur du FN s'est imposée" à tort dans la campagne de Nicolas Sarkozy. "Si nous avions fait campagne sur les thèmes essentiels -l'économie, le redressement financier, les déficits, la compétitivité- nous aurions pu convaincre les Français", regrette-t-elle dans un entretien au site marianne2.fr. "Quand Jean-François Copé a additionné les voix de Marine Le Pen et de Nicolas Sarkozy le soir du premier tour, j'ai été choquée. (...) En validant les mots et l'agenda du Front national ou en donnant le sentiment de les valider, nous avons perdu des points dans la présidentielle", ajoute l'ancienne ministre des Sports.

17h20. Qui a payé l'avion de François Hollande dimanche soir ? Pierre Moscovici a indiqué que la location de l'avion privé qui a ramené le nouveau président de Tulle à Paris dimanche soir n'entrerait pas dans les comptes de campagne. L'ancien directeur de campagne de François Hollande explique que l'avion a décollé après 20 heures - soit après la clôture des comptes officiels de campagne - mais n'a pas précisé qui avait réglé la facture. >> A voir sur Le Lab.

hollande avion brive

© Capture écran France 2

17h10. Hollande se rendra en Corrèze cette semaine. Pierre Moscovici a indiqué que le nouveau président se rendrait dans son fief de Corrèze "en fin de semaine", sans donner de date plus précise. "Il ira, il a promis", a-t-il ajouté.

17h05. Le CNT libyen rend hommage à Sarkozy et félicite Hollande. "Au moment où nous louons le rôle de la France représentée en la personne de Nicolas Sarkozy, dans son soutien moral et matériel à la révolution libyenne (...), nous présentons nos chaleureuses félicitations au président élu François Hollande", a indiqué le porte-parole du CNT, Mohamed Harizi.

17h00. Hollande raconté par les siens. Les proches du nouveau président décrivent à Europe 1 un homme simple, décidé mais collectif.

16h55. Une transition "républicaine et apaisée qui se prépare", assure Moscovici. Soulignant qu'il avait appelé ce lundi matin Xavier Musca, secrétaire général de l'Elysée, Pierre Moscovici a déclaré : "Je peux dire que c'est une transition républicaine et apaisée qui se prépare". Il a précisé que pour la transition, le siège de campagne du 59 avenue de Ségur était conservé "pour quelques jours ou semaines. "C'est ici que s'installe une équipe de transition, qui prolonge l'équipe de campagne, qui va aussi s'élargir à d'autres qui vont travailler avec nous", a-t-il dit.

16h50. Sarkozy encourage les ténors de l'UMP à "l'unité". Au lendemain de sa défaite à l'élection présidentielle, "Nicolas Sarkozy nous a encouragé à l'unité" en vue des législatives, les 10 et 17 juin, a affirmé un des participants à la réunion des ténors de l'UMP à l'Elysée. C'était "une réunion émouvante" et le président battu était "serein et digne. Il a insisté sur sa quiétude" et "sur le fait qu'il était heureux", a encore affirmé ce participant. "La famille se trouvera un nouveau chef", a encore dit Nicolas Sarkozy, qui a confirmé son intention de prendre du recul et de redevenir "un militant parmi les militants", tout en assurant qu'il serait "toujours là" et que ses amis politiques pourraient "compter sur lui", a rapporté un des invités. "J'aurai toujours ma carte à l'UMP, je continuerai à être membre de la famille, à l'aider mais pas à une place de responsable opérationnel", a-t-il ajouté.

reunion tenors ump à l'elysee le 7 mai REUTERS 930620

© REUTERS

16h45. La FNSEA veut un ministère de l'Agriculture élargi. Xavier Beulin, le président du syndicat agricole, a souhaité lundi que le prochain ministère de l'Agriculture soit élargi aux thèmes de l'agroalimentaire. "L'agriculture est l'un des secteurs français sur lequel on doit pouvoir capitaliser puisque cela reste un des grands pôles excellence français", a-t-il estimé. Pour Xavier Beulin, François Hollande "a une bonne connaissance de l'agriculture et des dossiers agricoles, ce qui devrait faciliter les rapports dès le début".

16h35. Copé propose à l'UMP un "comité stratégique de campagne". Ce comité stratégique, chargé de mener collégialement la campagne des législatives et d'éviter ainsi toute querelle des chefs avant l'heure, comprendra, outre Jean-François Copé, François Fillon, au total 25 à 30 personnes, dont les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, les anciens secrétaires généraux Xavier Bertrand et Patrick Devedjian et l'équipe dirigeante du parti, dont Michèle Alliot-Marie, Brice Hortefeux, Jean-Claude Gaudin ou encore Bernard Accoyer. Il se réunira toutes les semaines avant le bureau politique. La première réunion est programmée jeudi matin.

16h30. Hollande rencontrera Merkel à Berlin "juste après le 15 mai". Pierre Moscovici, le désormais ex-directeur de campagne de François Hollande, a indiqué que François Hollande se rendrait à Berlin juste après la passation de pouvoir. Il a rappelé qu'Angela Merkel avait été la première à appeler François Hollande dimanche soir après son élection pour "le féliciter" et "l'inviter".

16h25. Les dirigeants israéliens félicitent Hollande. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a assuré que les relations entre les deux pays resteraient "amicales". "J'attends de pouvoir le rencontrer afin de poursuivre cette importante relation bilatérale et internationale", écrit Benjamin Netanyahou dans un bref communiqué. De son côté, dans un message de félicitation, le francophile président Shimon Pérès, en visite au Canada, s'est dit prêt à oeuvrer avec François Hollande "au renforcement et au développement des liens historiques d'amitié et de coopération entre nos deux peuples et nos deux pays".

16h20. Albert de Monaco félicite Hollande. Le prince a adressé une lettre de félicitations au nouveau président français, selon Nice Matin. Albert II "forme des souhaits chaleureux pour le succès de votre mission au service de la France, dans l’unité nationale, en une période complexe, marquée par les crises". "La préservation de l’environnement, la question de la Méditerranée, trait d’union entre ses rives, lieu du dialogue des civilisations, constituent des domaines dans lesquels nos deux pays peuvent encore plus étroitement coopérer", écrit-il encore.

16h15. Des syndicats hospitaliers saluent "avec espoir" la victoire de Hollande. L'INPH (Intersyndicat national des praticiens hospitaliers) "prend acte" de cette victoire dans un communiqué "en espérant qu'une nouvelle page du dialogue social va s'ouvrir". Pour l'intersyndicale Avenir hospitalier, cette élection "constitue une fenêtre potentielle positive pour tous les acteurs" de l'hôpital et des services publics. Enfin la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) dit dans un communiqué partager "fondamentalement" les valeurs prônées par François Hollande et "salue avec espoir l'arrivée du nouveau président".

16h10. Cécile Duflot appelle à "la mobilisation générale" pour les législatives. La secrétaire nationale d'EELV, qui quittera son poste le 22 juin prochain, a mis en garde contre "le risque" d'une "majorité UMP" à l'Assemblée nationale après la victoire de François Hollande à la présidentielle. Les législatives à venir ne seront "pas un classique affrontement droite-gauche", il y a un "risque très important de dérive politique" avec notamment des triangulaires avec le Front national, a-t-elle prévenu.

15h55. Ouattara félicite Hollande. Le président ivoirien a souhaité une "consolidation des liens privilégiés" entre les deux pays. Alassane Ouattara a adressé à Frnaçois Hollande "en son nom personnel ainsi qu'au nom du peuple ivoirien ses très vives et chaleureuses félicitations". Actuellement en visite privée en France, le chef de l'Etat ivoirien a été reçu lundi à l'Elysée par le président français sortant Nicolas Sarkozy.

sarkozy ouattara 7 mai MAXPPP 930620

© MAXPPP

15h50. Hollande reçoit les ambassadeurs américain et chinois à son QG. L'ambassadeur américain à Paris, Charles Rivkin, est arrivé à 14h35 et est reparti à 15h20, tandis que l'ambassadeur de Chine, Kong Quan, est arrivé vers 15 heures.



15h45. Fillon veut préserver l'UMP et son unité. Interrogé sur le fait de savoir si l'UMP pouvait imploser après la défaite du chef de l'Etat, le Premier ministre a lancé : "Je ne crois pas du tout et nous allons nous y employer". Selon lui, les maîtres mots de la journée sont : "l'union" et "le rassemblement".

15h35. La CFDT demande une rencontre avec "le nouvel exécutif". Cette rencontre, avant les législatives, devrait "décider des méthodes de travail qui permettront d'apporter au cours du quinquennat des réponses aux préoccupations des salariés sur l'emploi - notamment l'emploi des jeunes - et le pouvoir d'achat - entre autres sur le logement et l'énergie", estime la centrale.

15h25. Cécile Duflot appelle EELV à voter le principe d'une entrée au gouvernement. "Le gouvernement qui vient, la majorité qui vient doit être celle de l'audace, du changement, nous devons faire ce pari" et "passer clairement à une écologie de l'action et de la responsabilité", a dit la secrétaire nationale d'EELV devant quelque 200 délégués qui doivent voter mardi sur cette question de la participation gouvernementale.

cecile duflot MAXPPP 930620

© MAXPPP

15h05. La presse nord-américaine s'interroge après l'élection de Hollande. La victoire du socialiste constitue un défi à la vision allemande de l'austérité pour combattre la crise en zone euro, estime lundi la presse américaine, soulignant cependant que le changement ne sera pas radical. "Un défi à l'austérité" titre ainsi le New York Times. De son côté, la presse canadienne a accueilli la victoire de François Hollande par une série de questions sur sa politique étrangère et sur un potentiel "bras de fer d'enfer" avec Angela Merkel, selon l'expression du quotidien montréalais Le Devoir. "La France vire à gauche, l'Europe se tourne vers elle-même", titre lundi le quotidien de référence The Globe and Mail, qui place la victoire du candidat socialiste dans le contexte d'avancées de la gauche en Grèce et en Allemagne.

14h47. Le Premier ministre japonais prêt à collaborer avec Hollande. Dans un entretien téléphonique de dix minutes avec François Hollande, Yoshihiko Noda a félicité le vainqueur du scrutin qui l'opposait au président sortant, Nicolas Sarkozy. Les deux hommes sont convenus lundi de coopérer étroitement sur les problèmes mondiaux comme la crise de la dette en Europe et les programmes nucléaires de la Corée du Nord et de l'Iran, selon un responsable du ministère japonais des Affaires étrangères cité par les médias.

14h45. Vladimir Poutine félicite Hollande. "Les citoyens français vous ont fait confiance pour diriger le pays dans une période difficile et très importante", a écrit le président russe, qui a prêté serment lundi, dans un télégramme à François Hollande, se disant "prêt à travailler activement" avec le futur chef de l'Etat français.

14h42. L'élection de Hollande est "bonne pour la Pologne". La France "peut être désormais plus ouverte à la voix, à la sensibilité et aux besoins d'autres peuples et Etats", a déclaré Roman Kuzniar, le conseiller politique du président polonais Bronislaw Komorowski. "Du point de vue polonais, c'est un bon choix. Nous avons des raisons de nous réjouir", a-t-il dit. "M. Komorowski a félicité lundi M. Hollande par téléphone et il l'a invité à venir à Varsovie", selon le site internet de la présidence polonaise. Par ailleurs, les deux présidents "se sont mis d'accord pour se rencontrer en marge du sommet de l'Otan" prévu à Chicago les 20 et 21 mai, selon un proche collaborateur de Bronislaw Komorowski.

14h40. Records d'audience pour les médias belges. Le site de la radio-télévision publique RTBF a enregistré 1,66 million de "visiteurs uniques" sur la journée, tandis que ceux des quotidiens Le Soir (1,41 million) et La Libre Belgique (613.000) étaient également pris d'assaut. Ces résultats sont deux ou trois fois plus importants que lors du premier tour le 22 avril, où les sites belges avaient déjà publié des résultats avant leurs homologues français. Dimanche, des pics de fréquentation ont été enregistrés vers 18 heures, soit deux heures avant la publication des estimations par les médias français.

14h36. Rachida Dati évoque un arrangement pour les législatives à Paris. En concurrence avec François Fillon qui a reçu l'investiture dans la 2e circonscription de Paris pour les législatives, Rahida Dati a évoqué de façon sibylline un arrangement, après une entrevue dimanche avec le Premier ministre autour de Nicolas Sarkozy. "J'ai rien à reprocher personnellement à François Fillon. Simplement, vous connaissez le sujet qui nous divise pour l'instant, mais qui risque de nous réunir dans peu de temps" a-t-elle lancé de façon sibylline. Alors qu'on l'interrogeait sur une possible investiture dans une autre circonscription elle répond: "Non non non, je suis candidate aux législatives, et donc nous sommes en train de discuter cette semaine".

14h32. Les ténors de l'UMP réunis à l'Elysée. Une bonne vingtaine de ministres et responsables de l'UMP, tous membres du comité stratégique de campagne de Nicolas Sarkozy, sont arrivés lundi en début d'après-midi à l'Elysée pour une réunion autour du président sortant consacrée notamment aux prochaines législatives. Cette réunion autour du chef de l'Etat sortant précède un bureau politique de l'UMP, convoqué à 15h30 au siège du parti, qui a pour objectif de définir la stratégie des semaines à venir et installer une équipe collégiale pour mener la campagne des législatives de juin.

photographes devant l'elysee le 7 mai REUTERS 930620

© REUTERS

14h30. L'UMP Jean-Paul Garraud pose la question du "rapprochement" avec le FN.  "De nombreuses questions se posent qu'il va falloir trancher rapidement et qui tournent autour de la recomposition de la droite", écrit Jean-Paul Garraud, membre de l'aile droite de l'UMP, dans un texte intitulé "La défaite de Nicolas Sarkozy: analyse d'un scrutin", rendu public lundi. "Une majorité des électeurs de l'UMP et des électeurs du FN veulent un rapprochement. Qu'est-ce qui est le plus important pour la France ? Cette question, seule, doit nous guider. On devient pragmatique ou on reste dans les blocages idéologiques ?", demande-t-il, en indiquant que la Droite populaire "a un rôle important à jouer".

14h15. Mailly attend de Hollande un "dialogue social normal" avec les syndicats. "J'espère que nous aurons un dialogue social normal, c'est-à-dire dans le respect du rôle des interlocuteurs", a déclaré le numéro un de Force Ouvrière.  "Des relations normales, cela veut dire qu'on ne soit pas critiqués, traités de corps intermédiaires, stigmatisés, car cela ne ferait qu'envenimer les choses", a-t-il dit en référence aux critiques adressées par Nicolas Sarkozy aux syndicats durant sa campagne. Un "dialogue normal" veut dire aussi "qu'on n'a pas besoin d'inscrire dans la constitution qu'il faut nous consulter, avant de prendre une décision. En démocratie, ça doit se faire naturellement", a-t-il jugé. Dans son projet, François Hollande prévoit d'inscrire l'obligation de concertation avec les partenaires sociaux dans la Loi fondamentale.

13h50. Les restaurateurs défendent la TVA à 7%. Le Synhorcat, l'un des syndicats de l'hôtellerie/restauration, attend du nouveau président élu le maintien de la TVA à taux réduit à 7%. Son président Didier Chenet rappelle également son souhait d'une "réunion d'Etats généraux du tourisme", "sous l'autorité d'une délégation interministérielle avec rang de ministre de plein exercice", et non un secrétariat d'Etat à multiples vocations.

13h45. Hollande est  "pénétré de l'importance de sa mission", selon André Vallini. Le nouveau président "est pénétré de l'importance de sa mission, de la lourdeur de sa tâche. Il y a une gravité. Il est heureux bien sûr, mais il ne manifeste pas de joie particulière", a assuré le député socialiste. Alors que son nom est cité comme ministrable, André Vallini a affirmé: "On n'en est pas encore là, François Hollande n'a rien demandé à personne. Il s'organise, il consulte, il doit, à mon avis, réfléchir au choix de son Premier ministre, il prend des contacts avec des dirigeants étrangers, il organise la passation de pouvoirs".

13h40. Les syndicats de l'éducation veulent une "rupture". "Il faut maintenant une réelle rupture avec les politiques menées ces dernières années et les mesures d'austérité, qui ne sont pas les réponses pour relancer notamment l'emploi et le pouvoir d'achat", écrit dans un communiqué la FSU, première fédération syndicale du monde éducatif. L'élection de François Hollande "ouvre un espoir dans une société fragilisée", a réagi l'Unsa Education, deuxième fédération syndicale. Premier syndicat des collèges et lycées, le Snes-FSU a aussi demandé une "rupture" avec la "politique économique, sociale et éducative (...) mortifère et brutale" de Nicolas Sarkozy, notamment en "combattant les inégalités sociales et territoriales", et un "plan d'urgence" pour la rentrée.

13h30. Angela Merkel accueillera François Hollande "les bras ouverts".   La chancelière allemande a assuré que les deux dirigeants européens allaient désormais travailler étroitement ensemble, tout en excluant une renégociation du pacte budgétaire européen. "Nous allons travailler ensemble bien et intensivement et nous allons nous réunir très vite après (son entrée en fonction le 15 mai)", a déclaré Angela Merkel. "Je peux dire que de mon côté, j'accueillerai François Hollande les bras ouverts en Allemagne", a-t-elle ajouté.

13h29. Jean-Pierre Jouyet défend les qualités de Hollande. "C'est quelqu'un qui saura faire face avec responsabilité, précision, décision, aux difficultés lorsque celles-ci se présenteront", a déclaré le président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et ami de longue date du nouveau président, interrogé sur RTL."Ceux qui pensent qu'il ne sera pas apte à faire face aux difficultés, si celles-ci émergent, se trompent lourdement. C'est comme tous ceux qui l'ont sous-estimé jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

13h19. Huit catholiques pratiquants sur dix ont voté pour Sarkozy. Selon un sondage Harris Interactive pour l'hebdomadaire chrétien d'actualité La Vie, 79 % des personnes interrogées ont apporté leur vote au président sortant qui améliore son score de neuf points par rapport au scrutin de 2007. Le candidat PS est crédité de "seulement 21 %" du vote des catholiques, sans doute pénalisé pour ses engagements sur l'"assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité" ou "le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels", avance l'analyse de cette enquête. 

13h15. Des ONG écologistes interpellent Hollande. Le réseau France Nature Environnement (FNE) fédération de 3.000 associations, et "Humanité et biodiversité" ont lancé lundi un appel à François Hollande pour qu'il engage la transition écologique comme il l'avait promis durant la campagne électorale.

12h53. Le Medef prêt à travailler avec le président Hollande.  Le Mouvement des entreprises de France (Medef), principale organisation patronale française, est prêt à travailler avec le nouveau président élu, le socialiste François Hollande assure sa présidente, Laurence Parisot. Cette dernière précise : "notre organisation n'est pas une organisation partisane".  

12h32. Merkel pose ses conditions à Hollande. L'Allemagne pose d'ores et déjà ses conditions à François Hollande, en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de "croissance par les déficits". "Il n'est pas possible de renégocier le pacte budgétaire", qui a déjà été "signé par 25 des 27 Etats membres de l'Union européenne" et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, indique le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert.

12h25. Le générique de fin du quinquennat. Les détracteurs du président sortant sur la Toile n'ont pas attendu le 15 mai (date de la passation de pouvoir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande) pour imaginer le clap de fin du quinquennat. Les internautes ont imaginé un générique de fin, à la manière d'un film, pour les cinq ans d'exercice du président de l'UMP..  >> A voir sur Le Lab.

12h02. Juppé renonce aux législatives.Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, annonce qu'il ne sera pas candidat aux élections législatives, une décision prise au lendemain de la victoire de François Hollande à la présidentielle, et en vue d'éviter un possible cumul de mandats. Alain Juppé souhaite se consacrer "à sa tâche municipale" et à la préparation des prochaines élections dans la municipalité en 2014.

11h43. Hollande participera mardi aux cérémonies du 8-Mai. Le président élu participera mardi matin à Paris aux côtés du chef de l'Etat sortant Nicolas Sarkozy aux cérémonies du 8-Mai commémorant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, indique l'Elysée. Cette décision aurait été prise lors d'une conversation téléphonique, lundi matin, entre le secrétaire général de l'Elysée Xavier Musca et le directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici.

11h41. La passation de pouvoir aura lieu le 15 mai. L'Elysée indique que la passation de pouvoir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande a été fixée d'un commun accord au 15 mai.

11h37. Fabius veut des élections de "cohérence". L'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius souhaite des élections de "cohérence" à propos des législatives, et non pas de "blocage", de façon à pouvoir donner à François Hollande "les moyens de gouverner". Le socialiste indique par ailleurs que la passation de pouvoir aura lieu "à la convenance" de Nicolas Sarkozy entre l'annonce des résultats de l'élection par le Conseil constitutionnel et le 15 mai à minuit, où s'achève le mandat du président sortant".

>> François Hollande, la tranquille ascension. Archives Europe1 à l'appui, retour sur la carrière du nouveau président de la République.

11h01. Copé veut travailler de "manière très collective" pour les législatives. Le secrétaire général de l'UMP assure vouloir "travailler de manière très collective" avec l'UMP aux législatives, soucieux d'empêcher une concentration de "tous les pouvoirs" dans les mains de la gauche "à un moment où il faut éviter les folies".

10h56. Hollande félicité par Barroso. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a appelé dimanche soir le président français élu François Hollande et l'a félicité de ne pas avoir cédé aux sirènes populistes et anti-européennes lors de la campagne, indique lundi un de ses porte-parole.

10h40. La garde rapprochée de Hollande au QG pour "préparer l'avenir". La garde rapprochée de François Hollande est rassemblée à son QG de campagne, à Paris, pour "préparer l'avenir" autour du président élu, avec notamment Pierre Moscovici et Manuel Valls. "On va faire le point, regarder les résultats et préparer l'avenir", a déclaré Manuel Valls à la presse à son arrivée avenue de Ségur dans le VIIe arrondissement de Paris, soulignant: "C'est à François Hollande d'en fixer les principaux points".

10h30. Quand Sasha Baron Cohen félicite François Hollande. L'acteur américain, alias Borat, a tenu à féliciter François Hollande dans une vidéo. Il s'adresse au président élu en tant que général Aladeen, personnage fictif du film The dictator, qui sort bientôt sur les écrans.

Regardez la vidéo :

10h25. François Hollande élu à 51,62% (définitif). François Hollande a remporté l'élection présidentielle avec 51,62% des voix contre 48,38% pour Nicolas Sarkozy, selon les résultats définitifs pour la France entière publiés lundi par le ministère de l'Intérieur. Le candidat socialiste a recueilli 18.000.438 voix et le président sortant, 16.869.371, soit une différence de 1.131.067 voix. La participation a été de 80,34%, soit un peu plus de 37 millions de votants, et l'abstention de 19,66%, soit un peu plus de neuf millions

10h16. Plébiscite pour Sarkozy en Israël. Le président français sortant Nicolas Sarkozy a obtenu près de 92% des suffrages exprimés en Israël lors du second tour de la présidentielle, contre 8% à François Hollande. En 2007, Nicolas Sarkozy avait rassemblé 88,89 % des suffrages au second tour en Israël. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a par ailleurs félicité lundi le président français élu, assurant que les relations entre les deux pays resteraient "amicales".

9h58. Hollande dit n'avoir "rien de prévu" avec Sarkozy pour les cérémonies du 8-Mai. François Hollande dit n'avoir "rien de prévu pour l'instant" concernant une éventuelle célébration en commun du 8-Mai avec le président sortant Nicolas Sarkozy. "C'est Nicolas Sarkozy qui est le président en exercice", a-t-il dit à la presse devant son QG de campagne. Selon BFM TV, Nicolas Sarkozy a invité François Hollande à participer aux cérémonies du 8-Mai "si celui-ci le souhaite".

9h30. Arnaud Montebourg enflamme la piste de danse. Sur une vidéo mise en ligne par Rue89, le député socialiste est visiblement en forme au coin VIP du PS à la Bastille.



Montebourg "on fire" au coin VIP du PS à Bastillepar rue89

9h17. "L'atmosphère n'est pas la même qu'en 1981". Michel Sapin, chargé du programme de François Hollande assure sur Europe 1, que "l'atmosphère n'est pas la même qu'en 1981". "Le mot d'état de grâce n'est même pas applicable une nuit à cause de la situation de la France, la situation de l'Europe. Le jour même où vous n'êtes pas encore à l'Elysée mais élu, vous êtes en responsabilité. Vous devez faire face à des difficultés. Vous devez prendre des décisions ou préparer ces décisions. Chacun ressent que l'atmosphère n'est pas le même qu'en 1981 parce qu'il faut changer, travailler", estime Michel Sapin.

9h08. "Pas d'impact immédiat" de l'élection de Hollande sur la note de la France. L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's, qui avait avait retiré en janvier à la France sa note maximale "AAA", indique lundi que l'élection de François Hollande à la présidence n'avait pas "d'impact immédiat" sur la note du pays ou sa perspective d'évolution.

9h00. Laurent Wauquiez exprime des regrets. Le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, animateur du courant de la droite sociale à l'UMP, a regretté lundi, après la défaite de Nicolas Sarkozy, que la droite ait "seulement parlé sécurité et immigration" et pas "suffisamment parlé des classes moyennes". "Le piège de l'analyse serait de se dire 'nous avons eu des convictions trop fortes'. Je ne crois pas à cela. Par contre ce que je crois, c'est que nous n'aurions pas dû seulement parler sécurité et immigration mais parler de tout le spectre", a déclaré Laurent Wauquiez sur BFMTV.

8h45. Pour Christine Boutin, "le PCD devient le fer de lance de la résistance". Sur son site Internet, la présidente du Parti Chrétien-Démocrate estime que "la victoire de François Hollande signe la victoire d’une gauche archaïque sur le plan économique et libertaire sur le plan social". Sur son compte twitter, l'ex-ministre juge que "le PCD devient le fer de lance de la résistance". 





Le PCD devient aujourd’hui le fer de lance de la résistance http://t.co/9OiMNmen

May  07 via FacebookFavoriteRetweetReply

8h34. Nicolas Sarkozy "a accueilli très sereinement" cette défaite. Selon Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole du président-candidat, Nicolas Sarkozy "a accueilli très sereinement" cette défaite. "Il avait toujours dit : j'accepterai le choix des Français. Il a accueilli cette défaite d'autant plus sereinement qu'il s'est engagé dans cette campagne. Il s'est donné à fond. Il n'est pas été balayé, il perd, il ne réussit pas à convaincre totalement. Il a commencé sa campagne sur : travail, autorité, responsabilité. Dans la responsabilité, il y a ce trait de caractère, il ne le rejette pas. Il y a des gens qui recherchent des responsabilités à l'extérieur. Il n'est pas comme ça. La défaite est collective", a-t-elle déclaré sur Europe 1.

8h20. Droite et FN s'en prennent aux drapeaux étrangers.  Sur Europe 1, Nadine Morano, fervente supportrice de Nicolas Sarkozy, s'inquiète d'un point en particulier : les drapeaux rouges et étrangers de la place de la Bastille. Quelques minutes plus tard, même alarme du côté du Front national. Sur France Info, Louis Aliot déclare "être assez surpris de voir autant de drapeaux étrangers saluer la victoire de François Hollande". "J'ai beaucoup vu de drapeaux algériens", précise-t-il. >> A lire sur Le Lab.

6 mai bastille victoire hollande drapeaux étrangers MAXPPP 930620

© MAXPPP

8h15. Pas "d'état de grâce". Le député socialiste Michel Sapin a jugé lundi que  François Hollande n'aurait pas "d'état de grâce" comme François Mitterrand en 1981 parce que la situation de la France est "beaucoup plus difficile du point de vue économique". "Je pense que le mot d'état de grâce ne s'applique pas à la situation, la réalité est au-delà de ça", a déclaré Michel Sapin sur Canal +.

8h07. Les Français ont voté Hollande pour "apaiser la République". Bernard Cazeneuve, porte-parole de François Hollande, a expliqué lundi la victoire du candidat PS à la présidentielle par la volonté des Français d'"apaiser la République", après cinq ans de mandat de Nicolas Sarkozy. Selon le député socialiste, François Hollande a suscité "un formidable espoir" autour de la volonté de rassemblement du pays. "Il y a eu aussi cinq ans d'injustice et la volonté des Français de remettre la justice au coeur de la République et d'apaiser la République", a-t-il déclaré sur LCI.

8h00. Valls salue le "discours digne" de Sarkozy. "Merci". C'est par ailleurs le mot qu'a dit Manuel Valls au nouveau président François Hollande. "C'est ce que je lui ai dit, comme la plupart d'entre nous", a confirmé le directeur de la communication de la campagne du socialiste sur Europe 1. "Ce fut une immense fierté de faire campagne avec lui. Il l'a menée avec constance et cohérence. C'est lui qui a gagné. Merci de nous avoir permis de vivre ça auprès de lui, c'est un immense honneur", a ajouté Manuel Valls. Ce dernier a aussi rendu hommage au président sortant : "il a eu une attitude républicaine, et je salue le discours digne de Nicolas Sarkozy hier soir".

7h40. "Il faut rassembler". Vincent Peillon, chargé de l'éducation dans la campagne du candidat PS à la présidentielle, a souligné lundi la nécessité du "rassemblement" dans des "périodes aussi difficiles que celles que nous traversons". "Il faut rassembler. On vient de vivre l'expérience d'un pays que l'on a trop divisé, trop bousculé", a dit le député européen sur BFM TV.

7h38. Morano ressent comme "une forme d'injustice". Nadine Morano, ministre de l'Apprentissage, a qualifié la défaite de Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, "d'injustice". "On ressent une certaine forme d'injustice au cours de ce mandat qui a été très particulier : quatre années de crise très grave. La France tient beaucoup mieux que les autres pays de l'Union européenne. C'est d'abord parce que nous avons su faire les bons choix avec le plan de relance, avec la réduction des politiques publiques. Nous n'avons pas baissé le salaire des fonctionnaires, nous n'avons pas baissé le niveau des retraites en France. Regardez ce qui se passe en Espagne, en Grèce", a expliqué Nadine Morano, lundi sur Europe 1.

>> Quel regard porte la presse internationale sur la victoire de François Hollande ? Pour le savoir, cliquez ici.

7h34. Hugo Chavez félicite Hollande pour sa "nette victoire". Le président vénézuélien, un des leaders de la gauche radicale latino-américaine, a félicité dimanche François Hollande pour "sa nette victoire", a annoncé le ministère vénézuélien des Affaires étrangères.

7h20. Avec Hollande, les Chinois s'attendent à une période d'incertitude. Les relations entre la France et la Chine, deuxième puissance économique mondiale, ne changeront pas fondamentalement avec François Hollande mais pourraient traverser une période d'incertitude, estiment lundi un journal chinois et des experts interrogés par l'AFP. "L'élection française ne va probablement pas apporter de changement", affirmait un éditorial du Global Times mis sous presse avant que le résultat de l'élection présidentielle en France ne soit connu.

7h05. Dilma Rousseff félicite "très chaleureusement" François Hollande. La présidente brésiliennea "très chaleureusement" félicité dimanche soir François Hollande pour son élection , et salué ses propositions pour lutter contre la crise européenne. "Je tiens à lui transmettre un salut très chaleureux après son élection à la présidence française", a-t-elle annoncé dans un message diffusé dimanche soir sur le blog de la présidence brésilienne.

6h45. "Je sais ce qui m’attends". Quelques minutes après son discours de la Bastille, François Hollande à répondu aux questions de LaTéléLibre. "Je sais ce qui m’attends, je ne peux pas m’imaginer que la période du pouvoir va être une période aisée, a-t-il expliqué au micro de John Paul Lepers.

Ecoutez François Hollande :



[EXCLU] Le Nouveau Président Choisit LaTéléLibre...par latelelibre

6h15. La victoire de Hollande "fait renaître 1981". >> La revue de de presse, c'est par ici. 

5h50. Tokyo suivra de près la réaction de l'UE à la politique de Hollande. Le Japon va "suivre de près" la réaction de l'UE à la politique économique du nouveau président français François Hollande, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement japonais, Osamu Fujimura. "Les développements de l'économie européenne affectent de façon importante notre économie", a-t-il rappelé lors d'une conférence de presse.

4h45. Merkel convie Hollande à Berlin. Angela Merkel a convié dimanche François Hollande à Berlin pour une prise de contacts qui esquissera les contours de la relation à venir entre la France et l'Allemagne et l'élaboration d'une politique de croissance jugée cruciale pour sortir la zone euro de la crise.  

4h34. Le président colombien envoie ses "sincères félicitations". Le président colombien Juan Manuel Santos a adressé dimanche ses "sincères félicitations" à François Hollande pour son élection à la présidentielle française, espérant que les relations entre les deux pays allaient continuer sur le "bon chemin".

4h02. "Enfin", la Une du Nouvel Obs.

3h55. Di Rupo félicite Hollande. Le Premier ministre socialiste belge, Elio di Rupo, a salué dimanche "un ami qui devient président de la République" en célébrant à Paris la victoire de François Hollande, dont les propositions économiques vont selon lui avoir un "impact positif" en Europe.

3h50. Retrouvez les réactions politiques en chansons. A lire ici.

3h40. Qui entoure François Hollande ? La réponse, c’est par ici.

3h30. Où ont-ils fait les meilleurs scores ? François Hollande obtient son meilleur score en Corrèze, avec 64,86% des suffrages. Nicolas Sarkozy recueille, lui, plus de 84% des suffrages à Neuilly.

3h20. In bed with François Hollande. Europe1.fr vous dit tout sur le nouveau président. Des anecdotes pas si anecdotiques. A lire ici.

3h08. Mariano Rajoy félicite François Hollande. Le Premier ministre conservateur espagnol a salué dimanche la victoire de François Hollande, se disant convaincu que Madrid et Paris auront une fructueuse relation politique sur le plan bilatéral et européen.

3h05. Des incidents à Clichy-sous-Bois. Plusieurs centaines de jeunes fêtaient dimanche l'élection de François Hollande dans les rues du Chêne-Pointu, quartier de Clichy-sous-Bois, où deux voitures abandonnées ont été brûlées. Dans le même département, de légers incidents ont également été relevés à Aulnay-sous-Bois et Saint-Denis.

3h. "Soyons dignes, soyons patriotes, soyons Français. Je vous aime". Voilà ce qu’on peut lire en page d’ouverture sur le site de campagne de Nicolas Sarkozy, "La France forte".

sarkozy la france forte

© CAPTURE ECRAN

2h58. Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ? Le président sortant devrait prendre ses distances avec la politique. Les scénarios possibles sont à lire ici.

2h48. Quel gouvernement pour Hollande ? "Personne ne sait, sauf moi, ce qui va arriver lundi si les Français me choisissent", a toujours répété François Hollande. Mais, si aucun nom n'est certain, en coulisses, les grandes manoeuvres ont commencé en vue de la formation d'un gouvernement respectueux de la parité hommes-femmes et ouvert à la diversité, selon le voeu de François Hollande. Qui selon les incontournables ? Revue de détail par ici.

2h45. La place de la Bastille presque vide. Des CRS ont pris position sur la place pour accélérer la dispersion des plusieurs centaines de personnes. Certains policiers étaient au pied de la Colonne de Juillet pour en faire descendre les derniers occupants, sans qu'il y ait de heurts.

2h33. Hollande salué par la presse. L'élection de François Hollande est saluée lundi par la presse nationale. "Pour le peuple de gauche, 2012 fait renaître 1981, redonne de la vie et des couleurs à ces images vieillies, sépia, qui semblaient condamnées aux livres d'histoire...", se réjouit Nicolas Demorand dans Libération. "M. François Hollande est devenu hier soir le deuxième président socialiste de la Ve République. Désormais, il est donc le président de tous les Français", constate pour sa part Etienne Mougeotte dans le Figaro. Pour Dominique Quinio dans La Croix : "C'est sur les épaules de François Hollande que repose désormais le poids des responsabilités présidentielles, si lourdes à l'heure d'une crise économique et financière qui n'en finit pas de secouer l'Europe".



2h06. François Hollande arrive à son domicile. C'est la fin d'une journée marathon pour le nouveau président. François Hollande a rejoint son domicile parisien, dans le 15e arrondissement de Paris, pour aller se reposer.

2h01. Les Français restent inquiets. Près de la moitié des Français craignent que la situation de la France se dégrade dans les prochaines années, selon un sondage Ipsos pour France Télévisions, Radio France, Le Monde et Le Point rendu public dimanche à l'occasion du second tour de la présidentielle.

1h48. La foule se disperse à la Bastille. Peu à peu, la place de la Bastille se vide.

1h40. Comment Valérie Trierweiler voit son rôle.  "C'est un tourbillon, et il me faudra quelques jours pour comprendre ce qui se passe. Je vais prendre un peu de temps pour réfléchir à mon rôle de Première dame", a confié la nouvelle "élue" sur France 2.  

hollande valerie trierweller

© REUTERS


1h25. Obama félicite Hollande. Barack Obama a félicité dimanche François Hollande pour son élection à la présidence française, et l'a invité à une rencontre bilatérale à la Maison Blanche avant les sommets du G8 et de l'Otan prévus dans deux semaines aux Etats-Unis, a annoncé la présidence américaine.

1h20. Le zapping de la soirée, c’est par ici.





Présidentielle : le zapping du second tourpar Europe1fr



0h50. Hollande toujours sur scène. Le président a fini son discours mais il est toujours sur scène avec sa compagne Valérie Trierweiler.  Martine Aubry, Harlem Désir, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Jean-Vincent Placé, Benoît Hamon, Ségolène Royal notamment sont présents sur la scène montée place de la Bastille. Le nouveau président élu s'est déplacé sur scène pour aller faire la bise à son ex-compagne.

06.05 François Hollande prononce son disocurs place de la Bastille à Paris. 930620

© MAX PPP

0h35 : Hollande s’adresse à ses supporters. Tous les ténors socialistes sont derrière lui sur la scène. "Mes amis, vous êtes une foule immense", lance François Hollande, la voix éraillée. "J’ai entendu votre volonté de changement, votre espérance, merci peuple de France". "Nous vivons un beau moment, un grand moment. Nous devons faire de cette victoire une victoire qui élève notre pays, qui nous rende heureux. Je vous demande de ne pas vous démobiliser, il y a encore beaucoup à faire, et notamment donner une majorité au président de la République", martèle François Hollande.





Hollande : "Il faut donner une majorité au...par Europe1fr



0h20. François Hollande à la Bastille. Le nouveau président est arrivé place de la Bastille pour fêter sa victoire avec ses partisans. Tous les ténors socialistes sont sur place.

0h12. Les supporters de Hollande dans la rue. De Paris à Lyon, en passant par Strasbourg et Tulle, les supporters de François Hollande fêtent la victoire. 

>> Le diaporama de Paris Match est à voir ici.

23h59. Pour Belkacem, il faut "faire très vite nos preuves". L'une des porte-parole de campagne de François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem, a affirmé dimanche qu'elle ne croyait plus en l'état de grâce et déclaré que les socialistes devraient "très vite faire leurs preuves" après la victoire de François Hollande.

23h57. Poutou chante l'Internationale. Le candidat NPA à l’élection présidentielle, s’est rendu dans la soirée devant la mairie de Bordeaux, tenue par Alain Juppé, pour y entonner "L’Internationale" avec quelques militants.

23h50. A Tulle, la fête continue. On se prend en photo sur la scène où est intervenue François Hollande.

hollande tulle militants

© STEPHANE PLACE

23h42. Hollande de retour à Paris. L'avion d'affaires transportant François Hollande a atterri à l'aéroport parisien du Bourget en provenance de Brive-la-Gaillarde. Le Falcon 900 B, immatriculé F-GXRM et transportant le président élu, s'est posé à 23h35 sur la piste du Bourget et le nouveau président doit ensuite rallier la place de la Bastille où l'attendent des dizaines de milliers de partisans.

23h30. La Une du Figaro. "François Hollande président", titre Le Figaro pour son édition de lundi.



23h20. "Hollande est un vrai gentil". "François Hollande ne se laisse pas gouverner par ses affects. Il est bien dans sa peau, en lui même, très serein et très équilibré. Je pense que c'est un vrai gentil." Hélène Pilichowski, éditorialiste politique au Dauphiné Libéré et cousine de François Hollande, a fait l'éloge du président élu sur France 2. Son arrivée à l'Elysée, elle concède qu'elle n'imaginait "pas vraiment ça lorsqu'(elle) jouait avec lui dans les bacs à sable". 

23h15. La Une de Libé. "Normal !", titre Libération en première page demain. 

23h12. Noah met l'ambiance. A la Bastille, Yannick Noah chante depuis plus d'une heure.

06.05 yannick noah à la bastille. 930620

© FRANCE 2

23h10. Morin parle d’un programme intenable. Le président du Nouveau Centre Hervé Morin se dit convaincu que "l'état de grâce sera bref" après l'élection du socialiste François Hollande."Je suis intimement convaincu que le candidat socialiste vient d'être élu sur la base d'un programme intenable et irréaliste pour nos finances publiques qui va très rapidement, et violemment, se heurter à un principe de réalité", écrit Hervé Morin dans un communiqué.

22h58. Bayrou appelle Hollande à "un esprit d'unité nationale". Le président du MoDem François Bayrou a appelé le nouveau président élu François Hollande à "construire dans l'action un esprit d'unité nationale", estimant qu'il s'agissait là de "la responsabilité la plus importante du nouveau président".
 
22h55. Hollande en route vers Paris. Son avion a décollé de Brive pour Paris. Le nouveau président est attendu d'ici 50 minutes dans la capitale.

hollande avion brive

© Capture écran France 2

22h40. Hollande ressent une immense fierté. François Hollande a déclaré sur France 2 avant de prendre l'avion sur Paris qu'il "ressentait une immense fierté." Conscient de ses responsabilités, il a annoncé "que le chemin de l'emploi, du travail et de la justice sera long".  

22h30. Mélenchon ressent une immense satisfaction. "C'est un évènement considérable, un coup de tonnerre en Europe. On commence à faire bouger les liges. On met un coup à l'Europe néolibérale et c'est en France que ça se passe. Regardez en Grèce, on voit bien que l'Europe regarde à gauche pour résoudre la crise", lance le patron du Front de Gauche.

22h29 : Les militants UMP affichent leurs craintes. Rassemblés à la Mutualité, les supporters du président sortant ont scandé "Merci Sarkozy" et affiché leurs craintes pour l'avenir.

>> Le reportage du JDD est à lire ici.

22h15. Aubry et Valls favoris comme Premier ministre. Martine Aubry, populaire à gauche et Manuel Valls, populaire à droite, sont à égalité (26% chacun) parmi les responsables politiques préférés pour le poste de Premier ministre après la victoire de François Hollande, selon un sondage de Ipsos/Logica Business Consulting publié dimanche soir.

22h10. Jospin : "Hollande est une vive intelligence". "J'ai été saisi pour son talent dès 95." L'ancien premier ministre Lionel Jospin fait l'éloge de François Hollande sur France 2. "'C'est une vive intelligence, un très bon économiste, quelqu'un de calme et tourné vers les autres et en manque totale de narcissisme. Quand je l'ai connu il m'a vite convaincu. Il partageait souvent les mêmes convictions que moi", confie t-il.

06.05 lionel jospin sur France 2. 930620

© FRANCE 2

22h10. A La Bastille, le concert a commencé.

06.05 la nuit est tombée sur la Bastille. 930620

© FRANCE 2

21h58 : la défaite de Nicolas Sarkozy laisse les militants UMP dans la détresse.

>> Le diaporama de Paris Match est à voir ici.

21h55. François Hollande file en voiture vers Brive. De là, il prendra l'avion pour Paris et rejoindra la place de la Bastille où l'attend une foule immense.

06.05 Le convoi Hollande quitte Tulle. 930620

© FRANCE 2

21h50. Le mot privé de Hollande. A Tulle, le nouveau président est remonté sur scène pour dire un petit mot en "privé" au Tullistes, leur a dit "au revoir" sur fond d'accordéon. Il prend maintenant un bain de foule. 

06.05 François hollande Valérie Trierweiler à Tulle 930620

© FRANCE 2


21h48 : Valérie Trierweiler, première dame atypique. Discrète, elle est sortie de l'ombre à mesure que les chances de son compagnon de l'emporter grandissaient. Son métier de journaliste, qui lui a fait croiser le chemin de celui qui est désormais le nouveau président de la République, la place aujourd'hui dans une situation inédite. >> Le portrait du JDD est à lire ici.

21h30. Sarkozy, cinq ans "d'hyperprésidence"

21h28. Europe1.fr vous dit tout sur notre nouveau président. "In bed with François Hollande", c'est à lire ici.

21h25. Hollande prend la parole. "Les Français, en ce 6 mai, viennent de choisir le changement. "Je mesure la tâche qui m’attend", lance le nouveau président. "Ce soir, il n’y a pas deux France qui se font face, mais il n’y a qu’une seule France". "J’adresse un salut républicain à Nicolas Sarkozy", ajoute François Hollande. La foule réunie sur la place siffle et hue. "Je demande à être jugé sur deux engagements : la justice et la jeunesse", conclut François Hollande.





Hollande adresse "un salut républicain" à Sarkozypar Europe1fr



21h23. Hollande "a levé les bras au plafond". Le maire de Tulle Bernard Combes s'est déclaré dimanche soir sur France 2 "sans voix" à l'annonce de la victoire de François Hollande, ajoutant que le nouveau président de la République avait "levé les bras au plafond" à l'annonce de sa victoire. "Il a réagi comme quelqu'un qui a gagné, il s'est levé, il a levé les bras au plafond et puis il a été embrassé par tout le monde à commencer par Valérie (Trierweiler, sa compagne)".

21h23. Hollande arrive dans une cohue indescriptible.

06.05  la place de la cathédrale de Tulle. 930620

© FRANCE 2


21h19. Sarkozy rentre à l'Elysée. Selon le correspondant d’Europe 1, le président sortant vient de passer les grilles du Palais.

21h17. Martine Aubry reste humble. "On est encore un peu tremblant de tout cela. C'est la fête ce soir, et devons nous devons recommencer le travail." La Première secrétaire du PS se réjouit du résultat de ce soir, et renvoi le mérite de la victoire à François Hollande et à l'accord de toute la gauche plutôt qu'à elle.

21h. Valérie Trierweiler "fière". Dans un tweet, la compagne de François Hollande a fait part de sa fierté.

20h55. La place de la Bastille noire de monde. "Sarko, c'est fini", "on a gagné", ont scandé dimanche soir les Français massés sur la place de la Bastille à Paris.

06.05 place de la Bastille vue large. 930620

© FRANCE 2


20h52. Bertrand interpelle Copé. "Jean-François Copé doit-il ouvrir la direction de l'UMP ?" Face à cette question de David Pujadas sur France 2, le ministre du Travail Xavier Bertrand a répondu que les Français attendaient "davantage de coopération".   

20h50. Bertrand relativise la victoire. "Il y a eu un vote socialiste ce soir. Mais cela ne veut pas forcément dire que la France est à gauche. Il y a une France populaire à laquelle il faut penser et qui n'a pas signé un chèque en blanc à François Hollande", estime Xavier Bertrand.

20h44 : Sarkozy, les cinq raisons de la défaite.  Une élection pliée d'avance ? Impopulaire, affaibli par la crise, pas assez préparé, mal soutenu et opposé à un adversaire trop sous-estimé, Nicolas Sarkozy avait au moins cinq raisons qui le menaient à la défaite. 

>> Le décryptage du JDD est à lire ici.

20h40. Henri Guaino est triste. "Je ne suis pas sûr que les Français ont compris tout ce que Nicolas Sarkozy a accompli." Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy s'est montré triste, presque abattu, au micro de France 2. "Je suis triste mais je ne regrette pas cette campagne. L'écart est faible, malgré que Nicolas Sarkozy soit le président sortant pendant la crise" s'est-il tout de même consolé. 

20h30. Sapin parle d’un "bonheur personnel". Sur Europe 1 , Michel Sapin a réagi aux résultats, parlant d'un "bonheur personnel compte tenu des liens d'amitié avec François Hollande, mais aussi une grande retenue parce que nous sommes dans la responsabilité et les Français attendent de nous du travail et des solutions pas à pas".

20h27>> A regarder sur Paris Match : François Hollande, les jeunes années d'un président
 
 20h21. Sarkozy prend la parole. "La France a un nouveau président de la République. C'est un choix démocratique", indique Nicolas Sarkozy, depuis la salle de la Mutualité. Le président sortant souhaite "bonne chance" à son successeur, François Hollande, "qu'il vient d'avoir au téléphone" et remercie tous ceux qui l'ont soutenu pendant la campagne. "Je ne pourrai vous rendre tout ce qui vous m’avez donné", indique Nicolas Sarkozy, visiblement très ému. Tout le long de son discours, Nicolas Sarkozy a demandé à ses partisans de ne pas huer le nouveau président élu.  "Je porte toute la responsabilité de cette défaite. Ma place ne pourra plus être la même. Mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent. Je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français", conclut Nicolas Sarkozy.







20h18. Hollande à la Bastille vers 23h30. Le nouveau président est attendu place de la Bastille vers 23h30. La place est déjà noire de monde.

06.05 victoire hollande bastille. 930620

© REUTERS

20h14. Copé pense aux législatives. "J'adresse mes vœux de succès à François Hollande. Mais mes premières pensées vont à Nicolas Sarkozy. Cela a été un grand homme d’État. Nous sommes tous responsables de ce résultat, des combats que nous avons menés. L'heure est maintenant à la mobilisation pour les législatives. Il ne faut pas donner tous les pouvoirs à un seul parti politique, à la gauche", a estimé le secrétaire général de l'UMP.

20h13. Nicolas Sarkozy parti pour la Mutualité. Le président sortant a quitté l'Elysée pour rejoindre la salle de la Mutualité.

20h10. Manuel Valls est très ému. "Je suis grave car très ému, d'avoir participé à cette belle victoire. Je n'ai choisi François Hollande qu'il y a quelques mois mais je pense que tous les Français peuvent lui faire confiance. Il faut, d'ailleurs, penser aussi à ceux qui n'ont pas voté pour lui."

20h05. Royal : "les Français peuvent lui faire confiance". "Nous renouons avec la victoire de la gauche." Ségolène Royal a réagi sur France 2 à la victoire de François Hollande. "Il a été récompensé de la cohérence de sa campagne. Les Français peuvent lui faire confiance, même ceux qui n'ont pas voté pour lui", a t-elle confié.

20h02. L'émotion de Thomas Hollande. Quelques minutes avant l'annonce des résultats, Thomas Hollande ne cachait pas son émotion, filmé par France 2. En plateau au même moment, sa mère, Ségolène Royal, semblait elle aussi émue.

06.05 thomas hollande segolene royal. 300300

© FRANCE 2

20h. Hollande bat Sarkozy. François Hollande a été élu, dimanche, président de la République française avec 51,9% des voix, selon les estimations d’Ipsos, contre 48,1% à son rival UMP, le président sortant Nicolas Sarkozy. D’autres instituts de sondage, CSA, TNS Sofres, le place dans la même fourchette, tandis qu’Harris Interactive, crédite même le socialiste de 53 % des voix du second tour.

 19h50. Hollande écrit son discours. Le candidat socialiste s'est isolé dans un bureau du Conseil général de Corrèze, avec sa compagne.

 >> 19h40. A TULLE. Hollande devrait parler avant 21h. Un pupitre, un fond bleu et deux drapeaux sont installés devant une maison à colombages où devrait intervenir François Hollande dans moins d'une heure. La place Gambetta à Tulle est noire de monde.
 

>> 19h35. A SOLFÉRINO. Les petits fours sont prêts, constate la journaliste du JDD.fr, Caroline Vigoureux.

 



>> 19h15. A L'ELYSÉE. Nicolas Sarkozy restera au moins jusque 20 heures. Au Palais de l'Elysée, une réunion est en train de se tenir avec notamment Rachida Dati, Jean-François Copé, Xavier Bertrand et François Fillon.

>> 19h10. A TULLE. Hollande au Conseil général de Corrèze. François Hollande s'est arrêté à Tulle, dans sa permanence, pendant quelques instants, et est ressorti avec un gros sac de voyage blanc. Puis il a rejoint le Conseil général de Corrèze. Des membres du GIPN se sont positionnés dans le Conseil général.

18h45 : Le bail du QG socialiste prendra fin le 13 mai prochain, comme le rappelle Anissa El Jabri, envoyée spéciale d'Europe 1 sur place, au 59 avenue de Ségur, dans le 7e arrondissement de Paris.

18h05 : Le Cantal vote massivement tandis que le Val d'Oise s'abstient. A 17h, le Cantal, en Auvergne, était le département ayant enregistré le plus fort taux de participation, à 80,11%. Alors que le Val d'Oise, en banlieue parisienne, était, à la même heure, le département avec le plus faible taux de participation, à 62,17%.

18h : La "fête de la victoire" se prépare. Les préparatifs avancent dimanche après-midi dans le camp de François Hollande comme dans celui de Nicolas Sarkozy, à Paris.

Place de la Bastille. Les grues s'affairaient dimanche après-midi. Le large trottoir au pied des marches de l'Opéra était fermé au public, entouré de barrières métalliques, et des ouvriers y édifiaient plusieurs podiums. Aux coins des diverses artères menant à la place, des petits groupes de policiers et gendarmes mobiles patrouillaient. Un grand chapiteau avait été édifié sur le terre-plein central du boulevard Richard-Lenoir. En 1981, c'est sur cette place qu'avait notamment été fêtée l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. 



Place de la Concorde. Une demi-douzaine de camions satellitaires français, belges et néerlandais déployaient leurs câbles et positionnaient leurs antennes le long du jardin des Tuileries. Cinq engins mécaniques rouges étaient stationnés sur la place, sans qu'il soit possible de dire s'ils devaient ou non contribuer à l'organisation d'un rassemblement. A côté d'une camionnette de transmission satellite, un homme en gilet fluorescent portant un badge "régie TV" assurait ne pas savoir si ces préparatifs étaient réellement en rapport avec une éventuelle fête de la victoire. Face à la sortie du jardin, côté musée du Jeu de Paume, plusieurs dizaines de grilles métalliques délimitaient deux périmètres rectangulaires. D'autres entouraient l'obélisque de la Concorde et les fontaines au centre de la place. Aucun militant UMP n'était visible sur la place seulement fréquentée par des touristes et des badauds. En 2007, la place avait été utilisée pour fêter la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle.



17h34 : La Mutualité, à Paris, commence à se remplir. Les militants sont en train d'arriver, comme le constate dans un tweet Aurélie Herbemont, correspondante sur place d'Europe 1.



17h11 : Plus de 80% de participation ? Le taux de participation définitive pourrait atteindre 81,5 %, selon une estimation Ifop-Fiducial pour Europe 1, Paris Match et Public Sénat.

17h : Le taux de participation est de 71,96%, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur. Un taux qui est en hausse de 0,37 point par rapport au premier tour, mais en baisse de 3,15 points par rapport au second tour de 2007, une élection marquée par une participation très forte.

16h45 : François Hollande se trouve dans la mairie de Vigeois, en Corrèze, où se déroule le scrutin du second tour, selon les informations de notre correspondant sur place, Stéphane Place.

Hollande.vigeois.930

16h : François Hollande a quitté le restaurant où il a déjeuné. A sa sortie, il a été acclamé par des habitants postés devant l'établissement. Le cortège du candidat socialiste s'est ensuite dirigé vers la commune de Vigeois, en Corrèze.

15h25 : Pour ce François Hollande aussi, l'attente est longue... Il s'agit d'un homonyme du candidat socialiste. Le Lab a joint par téléphone cet imprimeur de Valenciennes, dans le Nord.

>> L'interview du Lab est à consulter ici.

15h21 : Près de 2.000 journalistes accrédités des deux côtés. Environ un millier de journalistes sont accrédités pour suivre la soirée électorale à la Mutualité où se rendra Nicolas Sarkozy pour effectuer ses premières déclarations, selon le journaliste Frédéric Gerschel, sur Twitter. Côté socialiste, 600 journalistes ont obtenu le sésame pour vivre la soirée de l'intérieur, d'après le journaliste Nicolas Vultier, qui précise que 1.200 personnes avaient demandé une accréditation.





14h55 : Salle de presse géante à Bastille. L'équipe de campagne de François Hollande a fait installer une salle de presse géante de 600 places place de la Bastille, d'après un tweet d'Emmanuel Lemoine. Après un discour à Tulle, en Corrèze, le socialiste pourrait aller communier sur la célèbre place parisienne.



14h51 : En Bretagne, l'éclair Sarko-Hollande. Supplantera-t-il le Paris-Brest ? D'après Le Télégramme, les clients d'une pâtisserie de Guipavas dans le Finistère ont eu la surprise dimanche de voir un éclair rebaptisé "Sarko-Hollande", nappé aux couleurs du drapeau français pour la circonstance.

14h38 : Bernadette vote pour les deux Chirac. L'épouse de l'ex-chef de l'Etat Jacques Chirac a voté dimanche à Sarran, en Corrèze, pour elle et l'ancien président.

14h31 : On vote toujours à l'étranger. Les résidents français de l'étranger votent toujours dimanche après-midi, comme sur cette photo :

israel, vote

© REUTERS

14h19 : Les préparatifs avancent à Tulle. La scène où s'exprimera François Hollande dimanche soir à Tulle est installée, a constaté le correspondant d'Europe 1 sur place. Elle est située derrière la cathédrale de la ville corrézienne.

scene, hollande

© STEPHANE PLACE

14h12 : Fillon a voté à Paris. Le Premier ministre a voté dimanche peu avant 14 heures à la mairie du VIIe arrondissement de Paris. François Fillon est arrivé à pied à l'Hôtel de Ville, où il s'est brièvement entretenu avec le personnel. Il a quitté le bureau de vote au bout de quelques minutes.

13h58 : Dans le Rhône, il meurt après avoir voté. Un homme de 86 ans est mort dans la matinée, victime d'un malaise juste après avoir voté, rapporte Le Progrès. L'homme s'est écroulé peu après avoir déposé son bulletin dans l'urne, à 9h40, à Joux, une petite commune du Rhône. Les secours, pompiers et Samu sont rapidement intervenus, mais l'homme n'a pas pu être réanimé. Un autre bureau de vote a été mis en place dans la mairie pour accueillir les électeurs. Deux autres personnes ont été victimes de malaises dans les bureaux de vote du Rhône et ont été hospitalisées : une femme de 59 ans à Oullins et un homme de 81 ans à Saint-Georges-de-Reneins.

13h40 : "Menu présidentiel" à Tulle. Dans la cité de François Hollande, le restaurant l'Abbaye a spécialement créé pour dimanche soir un "menu présidentiel" à 26 euros. Ce restaurant donne sur la place de la cathédrale de Tulle où François Hollande fera son premier discours public peu après 20 heures.

menu presidentiel, hollande, tulle

© STEPHANE PLACE

13h32 : Royal a voté. La candidate malheureuse face à Nicolas Sarkozy en 2007 a voté dimanche à La Rochelle, visiblement souriante au moment de glisser son bulletin dans l'urne.

royal

© CAPTURE TWITTER @francoisedegois

13h18 : Le Pen vote à Hénin-Beaumont. La candidate du Front national a voté vers 12h30 dans un bureau de vote d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Une des clefs du scrutin sera d'ailleurs le report de ses 17,90% de voix.



13h12 : Trierweiler a voté par procuration. Présente à Tulle aux côtés de son compagnon François Hollande, Valérie Trierweiler a remercié depuis téléphone sur Twitter son "amie" qui a voté pour elle dimanche.



13h08 : Urne défaillante dans l'Orne. Dimanche midi, il était impossible de connaître le taux de participation dans l'un des quatorze bureaux de vote d'Argentan, dans l'Orne. La raison ? Le compteur de l'urne du bureau est tombé en panne dans la matinée, révèle Ouest-France sur son site Internet.

13h03 : Copé a voté à Meaux. Le patron de l'UMP Jean-François Copé a glissé son bulletin dans l'urne à Meaux, en Seine-et-Marne, en compagnie de sa femme. Il est apparu souriant et calme.

12h59 : Panorama du vote en France à midi. Le collectif Regards citoyens a publié sur son site Internet une carte de France montrant les différences de participation entre le second tour et la moyenne nationale. Dans les tons vert, les zones où la participation est supérieure à la moyenne (30,66%), dans les tons orange, en dessous. 

participation, carte

© CAPTURE REGARDS CITOYENS

12h47 : DSK a voté. Souriant et détendu, Dominique Strauss-Kahn a voté à Sarcelles, dans le Val-d'Oise. Après avoir glissé son bulletin dans l'urne, l'ancien directeur du FMI est reparti sans faire de déclaration.

12h41 : Aubry croise Mauroy dans son bureau de vote. La maire de Lille a voté en fin de matinée dans une école de Lille. Accompagnée de son mari, elle a croisé l'ancien Premier ministre Pierre Mauroy en sortant de l'isoloir.

12h34 : Juppé a voté. Le ministre des Affaires étrangères a voté accompagné de sa femme, dimanche midi, dans sa ville de Bordeaux.

12h24 : Sarkozy patiente à l'Elysée. Après avoir voté en fin de matinée, le président sortant est retourné au Palais de l'Elysée, d'où il attendra les résultats en fin d'après-midi, entouré de proches et de ses conseillers. Il devrait se rendre ensuite à la Mutualité pour délivrer ses premiers mots publics.

12h00 : Un tiers des Français ont déjà voté. A la mi-journée, un tiers des Français ont déjà glissé leur bulletin dans l'urne, selon les chiffres officiels du ministère de l'Intérieur. 30,66% des électeurs exactement ont voté à midi, soit 2,5 points de plus qu'au premier tour. C'est toutefois moins qu'en 2007 - année record - à la même heure (34%).

11h42 : Le président a voté. Accompagné de Carla Bruni, Nicolas Sarkozy s’est rendu en fin de matinée pour voter dans un lycée du boulevard Murat, dans le XVIe arrondissement de Paris. Le président sortant s’est attardé à l’entrée du bureau de vote pour saluer la foule compacte massée derrière les barrières installées pour l’occasion.

Le diaporama photo de ParisMatch ici.

bain de foule sarkozy

© REUTERS

11h33 : Bureaux de vote vandalisés dans la nuit à Marseille. Dans un communiqué, Renaud Muselier, le chef de file UMP dans les Bouches-du-Rhône, explique que "des actes de vandalisme ont été constatés dans une demie douzaine de bureaux de vote des 4e et 5e arrondissements de la ville". Des serrures ont été forcées, des portes d'entrée bloquées ou des menaces de morts inscrites, selon Le Lab d'Europe 1, qui relaie l'information. 

11h22 : Indécis jusque dans l'isoloir. "Jusqu’au dernier moment, dans l’isoloir, je ne savais pas pour qui j’allais voter", a confié Marie-Jo, une Nantaise, au micro Europe 1. Indécise, elle reconnaît que ça ne lui "était jamais arrivé avant", tout en assurant qu'elle n'est "pas la seule" dans ce cas-là. "J’ai une amie qui m’a appelé hier pour me demander conseil, ma fille ne savait pas non plus", sourit-elle gênée.

11h06 : Sarkozy attendu boulevard Murat. Le président sortant est attendu de pied ferme par une petite foule de curieux, boulevard Murat, dans le XVI arrondissement de Paris. Des barrières et un service de sécurité exceptionnels ont été déployé autour du bureau de vote de Nicolas Sarkozy. Il devrait déposer son bulletin dans l'urne vers 11h30.

sarkozy bureau de vote

© CAPTURE BFM TV

10h52 : Des grues s'affairent place de la Bastille. Un curieux a remarqué un rassemblement de camion-grues dimanche matin place de la Bastille. Ils semblent préparer le terrain pour le rassemblement des sympathisants PS prévu dimanche soir, en cas de victoire de François Hollande.

bastille

© CAPTURE FACEBOOK J.-C. BOURDILLAT

 10h37 : Mélenchon a glissé son bulletin dans l'urne. Après François Bayrou et François Hollande, Jean-Luc Mélenchon a voté dimanche matin, dans le Xe arrondissement de Paris.

melenchon

© CAPTURE i>TELE

10h30 : Hollande a voté. François Hollande a voté dimanche matin à Tulle, en Corrèze, sa ville. Le candidat socialiste, très attendu dans le bureau, s'est attardé pour saluer les personnes présentes, dédicacer quelques photos et poser pour les photographes.

Le diaporama photo de ParisMatch ici.

François Hollande accompagné de Valérie Trierweiler :

hollande tulle

© CAPTURE i>TELE

9h52 : Où votent les candidats. Bordeaux, Paris, Tulle, les dix candidats de l'élection présidentielle votent dimanche aux quatre coins de la France, comme le montre notre carte.



Afficher Où et quand votent les candidats ? sur une carte plus grande

9h43 : Moscovici a voté. Le député socialiste Pierre Moscovici a sobrement indiqué sur Twitter dimanche matin qu'il avait voté. 



9h25 : Les votants de la première heure. Habillés en tenue de randonnée pour aller profiter du soleil, ou simplement pour éviter les files d'attentes, les premiers votants des bureaux de vote ont accompli leur devoir de citoyen. C'est le cas de Denise, à Nîmes. "C'est très important d'y aller, mais il y avait des files d'attente dans tous les bureaux au premier tour", a-t-elle expliqué à l'envoyé spécial d'Europe 1 à Nîmes.

9h17 : Intronisation le 14 ou 15 mai ? Le nouveau quinquennat démarrera officiellement le lundi 14 ou mardi 15 mai prochain.

9h12 : Résultats officiels le 11 mai. Le Conseil constitutionnel n'officialisera les résultats du second tour de l'élection présidentielle que le vendredi 11 mai, soit dans six jours. Le temps nécessaire pour vérifier et valider le scrutin.

9h05 : Bayrou, premier votant. Dès l'ouverture de son bureau de vote, à Pau, François Bayrou a voté dimanche matin. Il est le premier des dix candidats de l'élection présidentielle à avoir voté pour le second tour. Le président du MoDem a expliqué aux journalistes qu'il ferait une déclaration après les résultats, mais ne participerait pas aux différents plateaux de télévision.

bayrou

© MAXPPP

8h59 : Parier sur le second tour.Un site de paris en ligne propose de parier, comme sur les événements sportifs, sur le résultat du second tour de l'élection présidentielle. A gagner : deux nuits dans un "célèbre palace parisien" ou deux nuits dans un hôtel de luxe en Corrèze.

8h52 : Edition spéciale du JDD. Dimanche soir, le Journal du Dimanche proposera, à partir de 20h30, un numéro spécial du journal, qui sera téléchargeable gratuitement sur iPhone ou sur iPad. Cette édition spéciale sera entièrement consacrée au vainqueur de l'élection. A partir de 21h30, des exemplaires papiers seront également en vente à Paris au prix de 1 euro, sur les lieux de rassemblement autour du vainqueur.

8h34 : La Nouvelle-Calédonie plus mobilisée. Comme en Polynésie française, le taux de participation est en hausse en Nouvelle-Calédonie, par rapport au premier tour. Il était de 56,39% dimanche peu avant 17 heures (locales), en hausse de plus de quatre points (52,04%).

8h25 : Les finalistes au coude à coude au premier tour. Dimanche 22 avril, François Hollande était arrivé en tête avec 28,63% des voix, devant Nicolas Sarkozy, 2e avec 27,18% des suffrages.

05.04-bulletin-vote-930620REUTERS

© REUTERS

8h10 : Participation en hausse en Polynésie. A 17 heures locales (5h en métropole), le taux de participation en Polynésie française s'élevait à 50,5%, en hausse de plus de 5% par rapport au 1er tour (44,96%). La campagne des chefs de partis politiques locaux s'est intensifiée entre les deux tours.

8h : Les bureaux de vote ont ouvert.Pour la neuvième fois dans l’histoire de la cinquième République, les citoyens français sont appelés aux urnes ce dimanche. Les 65.000 bureaux de vote de métropole ont ouvert à 8 heures. Ils fermeront à 18 heures, voire à 20 heures dans les grandes villes.

pose la question du "rapprochement" avec le Front national