Hollande : 37 heures en Chine

  • A
  • A
Hollande : 37 heures en Chine
Le président français François Hollande est arrivé jeudi à Pékin pour une visite officielle de deux jours.@ Reuters
Partagez sur :

PHOTOS - Le président est arrivé à Pékin pour une visite d'un peu moins de deux jours.

Il était attendu de pied ferme. Jeudi, François Hollande a, pour la première fois, posé le pied en Chine, où il restera 37 heures exactement. Deux objectifs pour le président : relancer les exportations françaises pour réduire un déficit commercial abyssal et nouer une relation personnelle avec la nouvelle direction chinoise.

>> A LIRE AUSSI : Hollande, opération séduction en Chine

Demandez le programme. Signe de l’importance accordée à la relance des exportations françaises en Chine, François Hollande, à peine arrivé à Pékin, s’est enfermé avec la soixantaine de patrons qui l'accompagnent. L’enjeu pour lui est énorme, en témoigne le déficit commercial de la France avec la Chine : 26 milliards d’euros. Si l’entourage du président a bien conscience que tout ne se règlera pas d’un coup de baguette magique, l’Elysée évoque tout de même la signature de 17 contrats commerciaux ou accords.

RTXYZ0T(1)

Du saucisson pour relancer la France. Aucune précision n’a été apportée sur ces accords. On évoque une centrale nucléaire. Dans le secteur de l’aéronautique, Pékin pourrait autoriser les compagnies chinoises à acheter des Airbus, mais rien de concret pour l’instant. Le principal résultat attendu de ce voyage, c’est l’ouverture du marché chinois à la charcuterie française. Pour le moment, notre bon saucisson n’a pas le droit de cité dans l’Empire du milieu. Or, le marché est considérable : l’agroalimentaire pourrait atteindre 100 milliards de dollars annuels en 2017.

Nouvelle-image

Et les droits de l’homme ? Comme tout chef d’Etat, François Hollande n’échappera pas à la délicate question du Tibet et, plus généralement, de la situation des droits de l’homme en Chine. Il est attendu, comme en témoigne la Une du jour de Libération :

Sans-titre-1

Son entourage l’a promis : si les discussions économiques prendront une grande part, le président français abordera le sujet qui fâche avec son homologue Xi Jinping, qu’il rencontrera trois fois. "On peut parler de tout sans coup d’éclat", assurait l’Elysée avant de partir. François Hollande évoquera également cette question avec des blogueurs chinois, qu’il rencontre dans la matinée à la résidence de France.