Hessel : la gauche lui rend hommage

  • A
  • A
Hessel : la gauche lui rend hommage
@ MAXPPP
Partagez sur :

VU SUR TWITTER - Cécile Duflot et Valérie Trierweiler ont été les premières à le saluer.

La classe politique a rendu hommage, mercredi, à Stéphane Hessel, dès l'annonce de sa mort dans la nuit du 26 au 27 février, à l'âge de 95 ans. A commencer par François Hollande qui a appris "avec une grande tristesse sa disparition. C’était une grande figure dont la vie exceptionnelle aura été consacrée à la défense de la dignité humaine".

L'auteur d'Indignez-Vous !,sympathisant de gauche, qui avait soutenu François Hollande lors de la campagne présidentielle, a aussi été salué sur Twitter par la Première Dame, Valérie Trierweiler.  

Jean-Marc Ayrault, via le compte officiel de Matignon, a publié de nombreux messages pour rendre hommage à Stéphane Hessel :

Cécile Duflot, la ministre du Logement, lui a également rendu un vibrant hommage. "Tellement de gratitude pour lui qui disait des poèmes en meeting et à l'oreille de toujours garder le sourire. Merci Stéphane Hessel. Merci".



>> A LIRE AUSSI - Stéphane Hessel, "l'indigné", est mort

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charente et vice-président de la BPI, y est elle aussi allée de son hommage sur son compte Twitter

Michèle Delaunay, la ministre déléguée aux personnes âgées, a multiplié les qualificatifs élogieux à l'adresse de Stéphane Hessel.

Pascal Cherki, maire du 14e arrondissement de Paris, a annoncé qu'il faisait mettre les drapeaux en berne et qu'il mettait à la disposition de ses administrés "un registre de condoléances".

Bertrand Delanoë, le maire de Paris a salué "l'humaniste authentique, le résistant indomptable, et le penseur généreux qu’il était manqueront terriblement à notre pays". "Je n'oublierai jamais Stéphane Hessel", a, de son côté, tweeté la première adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo.

Harlem Désir, patron du Parti socialiste, estime que "la France perd un ambassadeur de l'humanisme"

Eva Joly, candidate écologiste à la dernière élection présidentielle,l'assure : "l'indignation ne meurt jamais."