Hamon se défend d'avoir un projet "utopiste"

  • A
  • A
Hamon se défend d'avoir un projet "utopiste"
La mesure phare de Benoît Hamon, le revenu universel, concentre les critiques de ses opposants qui la jugent utopiste.
Partagez sur :

Attaqué sur sa proposition d'un revenu universel, Benoît Hamon, arrivé en tête au 1er tour de la primaire, se défend d'avoir un projet utopiste.

Benoît Hamon, finaliste de la primaire socialiste élargie face à Manuel Valls, est-il un "doux rêveur" au "projet irréalisable" ? Au lendemain du premier tour du scrutin duquel il est sorti premier, l'ancien ministre de l'Education a assuré lundi que son projet n'avait "rien d'utopiste", affirmant de pas vouloir laisser à ses filles "un monde invivable" dans "l'organisation du travail" et "comme cadre de vie".

"Un projet de long terme". "Le projet que j'assume est un projet de long terme, ce qui me vaut d'être qualifié d'utopiste, il n'y a rien d'utopiste à ça", a-t-il déclaré sur France Inter, au lendemain de sa nette avance au premier tour de la primaire sur Manuel Valls.

"Il serait même tout à fait déraisonnable de ne pas voir qu'il y a aujourd'hui urgence à changer de mode de production et de mode de consommation", a-t-il ajouté.

"Les banquiers, on peut négocier avec eux". "Si l'obstacle, c'est le niveau de la dette, pardon, mais le niveau de la dette ce sont des marchés, ce sont des banquiers, on peut négocier avec eux. La planète, on ne négociera pas", a-t-il plaidé.

"Retarder les moments d'investir en Europe, en France, avec les pays émergents, la conversion de nos modèles de développement, retarder cela, c'est prendre des risques qui sont des risques considérables".

"La chance de pouvoir peser dans le débat politique." "Quel est le moteur de ma candidature ? Je vais vous dire, ce sont mes filles", a confié le candidat. "Je considère que j'ai la chance de pouvoir peser dans le débat politique pour faire en sorte que je ne leur laisse pas (...) un monde invivable. (...) Un monde invivable dans l'entreprise, dans le travail, dans l'organisation du travail, comme ce que nous allons leur laisser comme cadre de vie".