Hamon : l'Elysée "se contente de faire de la com" sur les bonus

  • A
  • A
Hamon : l'Elysée "se contente de faire de la com" sur les bonus
Partagez sur :

Pour les présidentielles, le porte-parole du PS a également évoqué des primaires ouvertes "aux électeurs de gauche qui le souhaitent".

Sur la question des bonus et de la rémunération des traders, "le gouvernement et l'Elysée se contentent, pour l'instant, de faire des recommandations", a déploré lundi soir Benoît Hamon sur Europe 1.

"Pourtant si on se souvient bien des déclarations du président au G20, comme dans ses discours de Toulon et de Saint-Quentin, qu'est-ce qui était en cause ? La morale d'un système. Il disait que le système était devenu fou", a précisé le porte-parole du PS avant d'ajouter : "Et maintenant parce que les autres font n'importe quoi, il faut que l'on continue à faire n'importe quoi, au nom de la compétitivité du secteur bancaire."

Pour Benoît Hamon, le chef de l'Etat, qui reçoit mardi les dirigeants des banques à l'Elysée, devrait imposer par la loi une rémunération maximale dans toutes les entreprises. Nicolas Sarkozy devrait d'autre part "nationaliser un certain nombre de banques" pour créer un pôle public, à même de financer l'économie, a estimé le responsable socialiste. Et quand l'Etat aide financièrement des banques, comme il l'a fait depuis le début de la crise, il doit siéger à leur conseil d'administration, ce qu'il s'est refusé à faire, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du PS a également évoqué les primaires au PS en vue des présidentielles : "je considère qu'au moment où Nicolas Sarkozy achève l'unité des droites avec l'entrée du MPF de Villiers et des chasseurs de Nihous dans sa majorité (...), l'urgence pour la gauche est de se rassembler et les primaires peuvent être le moyen de se rassembler, à condition qu'on ait aussi un projet de gauche".

Le porte-parole du PS a également affirmé qu'il n'était "pas candidat" à des primaires.

> Fabius : les primaires à gauche sont "inévitables"