Hamon critique Macron, un "candidat de substitution" à Fillon

  • A
  • A
Hamon critique Macron, un "candidat de substitution" à Fillon
@ AFP
Partagez sur :

Alors que certains à gauche l'appellent à se rapprocher du candidat d'"En Marche" plutôt que du leader de "La France Insoumise" Jean-Luc Mélenchon, Hamon a semblé écarter ce rapprochement-là. 

Emmanuel Macron, qui tient un grand meeting à Lyon samedi, est un "clignotant" tantôt de gauche tantôt de droite, qui apparaît "comme un candidat de substitution à François Fillon", a moqué le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon dans une interview au Monde publiée samedi.

"On aura des débats, c'est certain". Alors que certains à gauche l'appellent à se rapprocher du candidat d'"En Marche" plutôt que du leader de "La France Insoumise" Jean-Luc Mélenchon, Hamon a semblé écarter ce rapprochement-là. "Je veux bien dialoguer avec lui... Mais sur quelle base ? Emmanuel Macron, c'est un clignotant : un jour c'est la droite orléaniste, un autre c'est la gauche progressiste. Il faut tomber le bon jour de l'éclipse !", a ironisé le vainqueur de la primaire socialiste élargie et ancien ministre.

"Je suis surtout impatient qu'on sache ce qu'il propose car, pour l'instant, l'ambiguïté le sert. La preuve, il apparaît comme un candidat de substitution à François Fillon ! Moi, je ne suis pas un candidat ambigu", a encore critiqué Hamon, qui sera officiellement investi comme candidat dimanche à La Mutualité. Et d'ajouter: "On aura des débats, c'est certain".

Déjà des divergences programmatiques. Le candidat socialiste s'en prend notamment à la proposition de l'ancien ministre de l'Economie d'exonérer d'impôt sur la fortune le patrimoine financier, tout en continuant à taxer le patrimoine immobilier.  Comme "ce sont les plus riches dont la part du patrimoine est constituée principalement d'actifs financiers", a souligné le député PS des Yvelines, il s'agit là d'"une conception dépassée" et "démentie" de "l'ordre ancien", "qui veut qu'en aidant les plus riches on aiderait, par ruissellement, les plus pauvres".