Guy Bedos accepte d'être président du comité de soutien de Montebourg, pour la forme

  • A
  • A
Guy Bedos accepte d'être président du comité de soutien de Montebourg, pour la forme
L'humoriste a décliné le rôle de président du comité de soutien d'Arnaud Montebourg.@ AFP
Partagez sur :

D'abord annoncé par Arnaud Montebourg au poste de président de son comité de soutien, l'humoriste avait démenti cette information lundi. Sur RTL, Guy Bedos a finalement déclaré accepter cette fonction, "pour ne pas l'embarrasser".

Oui, mais non, mais oui. Pour ne pas le "gêner", Guy Bedos accepte finalement, pour la forme, d'être président du comité de soutien d'Arnaud Montebourg à la primaire organisée par le PS. "J'accepte, car j'aime beaucoup Arnaud Montebourg", a déclaré l'humoriste lundi sur RTL, revenant sur ses propos rapportés plus tôt dans l'après-midi.

Démenti. Dans un premier temps, l'ancien ministre du Redressement productif avait annoncé lundi, lors d'une courte conférence de presse, que Guy Bedos assurerait la présidence de son comité de soutien à la primaire organisée par le PS. Dans la même journée, l'humoriste avait démenti cette annonce, confirmant alors une information du Figaro.

"Je ne veux pas avoir de rôle officiel en politique". "Que faire ? Qu'est-ce qu'on attend de moi", s'interroge Guy Bedos. En démentant les propos d'Arnaud Montebourg, l'humoriste de 82 ans avait précisé qu'il s'agissait d'une plaisanterie et qu'il ne voulait pas "avoir de rôle officiel en politique". "Je lui ai même dit que je serais président avant lui. Je vais voter pour lui, je le soutiens mais je ne veux pas de rôle officiel en politique", a insisté l'humoriste, qui s'était rendu en Algérie avec Arnaud Montebourg à la mi-décembre.

Un organigramme de 80 personnes présenté par Montebourg. Outre Guy Bedos, Arnaud Montebourg a également présenté, lors de cette conférence, un organigramme de près de 80 personnes, parmi lesquelles Jean-Pierre Chevènement, Pierre Dubreuil,k en charge du projet Nouvelle Europe, Marie-Françoise Bechtel, sur la laïcité, Marie-Noëlle Lienemann, qui a renoncé à sa propre candidature, Jérôme Guedj, porte-parole, Emmanuel Maurel, représentant politique auprès de la gauche et des syndicats et Bertrand Vasnier, chargé des relations avec le PS.