Guillaume Peltier : "les partenaires sociaux sont morts"

  • A
  • A
Guillaume Peltier : "les partenaires sociaux sont morts"
Guillaume Peltier.
Partagez sur :

Inventer un nouveau modèle social, tel est le souhait de Guillaume Peltier, le nouveau porte-parole des Républicains. Selon lui, "les partenaires sociaux sont morts". 

Guillaume Peltier, nouveau porte-parole des Républicains, a jugé mardi que les partenaires sociaux étaient "mort(s)" et qu'il fallait "inventer" un nouveau modèle social, prônant notamment un "Code du travail allégé" et des référendums de salariés "qui l'emportent sur toute décision syndicale".

Un nouveau Code du travail "allégé". Interrogé sur RFI, Guillaume Peltier a prôné un nouveau code du travail "non plus de 3.700 pages et 10.000 articles que personne ne comprend", mais "allégé, de quelques dizaines de pages, qui rappelle les principes fondamentaux sur les questions de la santé, de la dignité". Il souhaite que "pour tout le reste, temps de travail par exemple, au sein d'une entreprise, ce soit le référendum des salariés qui l'emporte sur toute décision syndicale".

"Les partenaires sociaux sont morts". "Les partenaires sociaux sont morts. Plus personne ne croit ni au Medef parmi les entrepreneurs, ni à la CGT parmi les salariés. Le nouveau dialogue social, c'est le dialogue avec les salariés en direct", a poursuivi le porte-parole des Républicains. "Le monde a changé, le vieux monde est mort et le modèle social du lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qui a vécu et plutôt bien vécu pendant quelques décennies, n'existe plus. Il nous faut donc inventer autre chose".

Un gouvernement "incapable". L'ancien Garde des Sceaux Robert Badinter a remis lundi à Manuel Valls un rapport sur la refonte du code du travail. "On est à la fin du quinquennat, le gouvernement se donne deux ans, confie à des experts ou des technocrates ou des bureaucrates qui ne connaissent rien au monde du travail de publier des rapports. La question n'est plus là. Il y a six millions de chômeurs dans notre pays, des travailleurs pauvres, les gens n'en peuvent plus, il y a des générations entières qui partent aux Etats-Unis, en Angleterre parce qu'en France on ne peut plus créer", a dénoncé Guillaume Peltier, "effaré" de "l'incapacité" du gouvernement à "décider".