Guéant veut porter plainte contre Mamère

  • A
  • A
Guéant veut porter plainte contre Mamère
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le ministre de l’Intérieur a réagi aux propos le qualifiant "au mieux de petite frappe".

"Au mieux une petite frappe". En qualifiant ainsi le ministre de l’Intérieur, Noël Mamère se doutait probablement qu’il aurait une réponse de Claude Guéant. Celle-ci n’a pas tardé à arriver des Antilles. En marge d'un déplacement mouvementé en Martinique, le ministre a déclaré dimanche qu’il envisageait de porter plainte contre le député Vert.

"Je fais examiner la possibilité de porter plainte. Si ces propos sont pénalement qualifiables, plainte sera déposée", a dit Claude Guéant au micro d’Europe 1. Le ministre de l’Intérieur considère "effectivement" avoir été insulté. "Je trouve regrettable que le niveau politique arrive à ce niveau. Très franchement je trouve regrettable que l‘on se fasse insulter lorsqu’on promeut la diffusion des droits de l’Homme tels que nous les concevons, tels qu’ils sont inscrit dans la charte universelle des droits de l’Homme des Nations Unies", a-t-il encore déclaré.

"Au mieux une petite frappe, pas un nazi"

La veille, Noël Mamère avait donné son avis sur les récents propos tenus par le ministre de l’Intérieur au sujet des inégalités supposées entre civilisations.

Dans un entretien diffusé sur la chaîne de télévision des élèves de Sciences Po Paris, le député de Bègles a fustigé le dérapage "obscène" et "malhonnête" de celui qu’il appelle "le ventriloque de Sarkozy". Pour l’ancien candidat Vert à la présidentielle, "ces gens-là ne sont pas ignorants. Ce sont donc des gens malhonnêtes".

Il a pris la défense du député Serge Letchimy, qui avait renvoyé, à l’Assemblée, les propos de Claude Guéant aux "idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration". "Serge Letchimy n'a pas traité M. Guéant de nazi !" a réagi Noël Mamère sur Sciences Po TV. "Il a dit que lorsqu'on s'aventure sur le terrain fangeux de l'amalgame entre régimes politiques et civilisations (...), l'on se trompe." Avant de conclure : "Au mieux, M. Guéant, c'est une petite frappe, mais pas un nazi".