Guéant, "un braconnier sur les terres du FN"

  • A
  • A
Guéant, "un braconnier sur les terres du FN"
@ Maxppp
Partagez sur :

REACTIONS - Ses propos sont perçus comme une nouvelle provocation dans l’opposition.

Dans l’opposition, on ne décolère pas après les propos de Claude Guéant, prononcés dans un discours à huis clos devant l'Uni, association étudiante de droite, samedi soir. Lors de ce colloque, le ministre de l’Intérieur a déclaré que "contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas". "Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient", a-t-il argumenté, ajoutant : "celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique".

"Retour en arrière de 3 siècles. Abject"

Une phrase perçue comme une énième provocation du ministre de l’Intérieur. Sur le site de microblogging Twitter, Harlem Désir et Cécile Duflot ont été les premiers à s'indigner. Le numéro 2 du PS, y a vu "la provocation pitoyable d'un ministre réduit à rabatteur de voix FN" au service d'"une majorité en perdition électorale et morale". La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, a tweeté : "Retour en arrière de 3 siècles. Abject".

"Monsieur Guéant est un grand braconnier sur les terres du Front national. Il nous a déjà habitués à un certain nombre de sorties. Plus la campagne va avancer, plus il va se rapprocher de l’extrême droite", a pronostiqué au micro d’Europe 1 le député-maire de Bègles, Noël Mamère.

"Ces propos sont indignes d’un ministre de la République, ils font écho aux propos de Jean-Marie Le Pen sur l’inégalité des races", a confié, pour sa part, Harlem Désir, au micro d’Europe 1. "Toute une série de partis républicains en Europe lorgnent aujourd’hui vers les extrêmes pour se maintenir au pouvoir", estime le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, rappelant  que la phrase de Claude Guéant n’avait rien d’improvisé.

Des "propos obscurantistes et dangereux"

Fustigeant "le dérapage contrôlé et parfaitement volontaire" de Claude Guéant, Ségolène Royal a dénoncé des "propos obscurantistes et dangereux", parce que derrière le choc des civilisations, il y a la guerre", a fait valoir l'ex candidate PS à la présidentielle.

"Théoriser le conflit des civilisations, c'est diviser et abaisser la République (...) Claude Guéant révèle une fois encore la dérive d'une droite en perdition, prête à tous les abandons pour préempter le fonds de commerce du Front National, a estimé le député socialiste Bernard Cazeneuve, également porte-parole de François Hollande.

Mélenchon : "du baratin pour porter la détestation des musulmans"

Le Candidat du Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a estimé dimanche que les propos de Claude Guéant étaient "du baratin pour porter une espèce de détestation des musulmans". "Guéant retarde d'à peu près dix ans, il essaie de donner un fondement culturel (à ses propos), ça s'appelle la théorie du choc des civilisations, c'est la théorie de Samuel Huntington qui a été le penseur pour les nord-américains des théories qui leur permettent d'agresser la terre entière au nom du fait que, eux, déclarent par avance être agressés par les autres".

Villepin : "des idées reçues"

A droite, certains déplorent les propos du ministre de l'Intérieur. Dominique de Villepin, candidat à l'élection présidentielle, estime dimanche sur Forum Radio J que Claude Guéant avait abordé "un sujet un peu glissant" qui faisait "courir le risque d'alimenter les haines".

"Aller situer dans une hiérarchie les civilisations les unes par rapport aux autres, c'est courir le risque d'alimenter un certain nombre d'idées reçues, de haines, de méconnaissance de l'autre qui me paraissent dangereuses à un moment où plus que dans d'autres moments nous avons besoin de regarder le monde", a-t-il déclaré.