Guéant justifie l'appel contesté dans l'affaire Halimi

  • A
  • A
Guéant justifie l'appel contesté dans l'affaire Halimi
Partagez sur :

Dans l'affaire Halimi, à la demande du ministère de la Justice, le parquet général de Paris a fait appel de 18 condamnations jugées trop clémentes.

Le secrétaire général de l'Elysée a justifié dimanche l'appel dans l'affaire de l'assassinat du jeune juif Ilan Halimi par le fait que le ministère représentait la société et avait utilisé à bon escient le parquet qui est à ses yeux son "instrument". "Le ministre est responsable de l'incarnation de la société avec le parquet qui est son instrument judiciaire. La société qu'incarne le ministère de la Justice a aussi le devoir de répondre à des situations comme ça", a dit Claude Guéant sur Europe 1.

"L'appel est prévu par les textes (...) C'est une procédure parfaitement prévue, fréquemment utilisée. Qu'une cour d'appel puisse se saisir d'une affaire me semble parfaitement normal", a-t-il ajouté. A la demande du ministère de la Justice,le parquet général de Paris a fait appel de 18 condamnations jugées trop clémentespar la famille de la victime et des organisations juives, dans ce dossier présenté comme emblématique de la violence en banlieue et de l'antisémitisme.

Les syndicats de magistrats ont protesté contre cette démarche, soulignant que le magistrat de l'accusation présent à l'audience, dont les réquisitions avaient été suivies à une ou deux années près, ne proposait pas d'appel. Ces syndicats estiment que l'initiative du ministère ouvre la voie à un traitement politique des dossiers judiciaires et porte atteinte au principe général d'indépendance de la justice figurant dans la Constitution. Ce principe concerne aussi selon eux le parquet même s'il est sous l'autorité hiérarchique du ministère, qui représente de son côté le pouvoir exécutif et non la société, estiment-ils.

Youssouf Fofana, principal responsable de l'affaire condamné à la peine maximale ayant aussi fait appel, ce sont finalement 19 des 25 condamnés qui seront rejugés lors d'un second procès qui devrait se tenir dans environ un an.

> Guéant rejette les appels de Trichet