Guaino, le mariage gay pour exister

  • A
  • A
Guaino, le mariage gay pour exister
Grâce au débat sur le mariage gay, Henri Guaino a trouvé sa place à l'Assemblée, et le respect de ses pairs.@ REUTERS
Partagez sur :

L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy s’épanouit dans l’opposition au mariage pour tous.

Guaino reprend sa plume. C’est en écrivain les discours de Nicolas Sarkozy qu’Henri Guaino s’est rendu célèbre. Depuis la défaite de son mentor, l’ex-conseiller spécial devait donner un nouveau sens à sa carrière. La victoire dans les Yvelines lors des élections législatives aura été une première étape. Le débat sur le mariage gay constitue la seconde. Car Henri Guaino a trouvé là un sujet sur lequel s’épancher à volonté. Le député a même repris sa plume pour publier, samedi chez tous les marchands de journaux, un petit livre d’une cinquantaine de pages pour dire son opposition au "mariage pour tous" cher à François Hollande.

CE QU’IL ECRIT

 

"N’ayez pas peur du peuple". C’est d’ailleurs  directement au chef de l’Etat qu’il s’adresse dans son opuscule, intitulé "Mariage. Monsieur le Président, donnez la parole aux Français". Comme le titre l’indique, le député des Yvelines réclame un référendum sur la question. "Monsieur le Président, soyez  démocrate, soyez républicain, soyez respectueux de toutes les consciences, soyez responsable! N'ayez pas peur du peuple, n'ayez pas peur de lui donner la parole", écrit-il, solennel comme toujours.

"Peut-être, un jour, des utérus artificiels…" Henri Guaino développe un argument en particulier. "Que vous le vouliez  ou non, que vous l'assumiez ou non,  le mariage pour tous instaure le ‘droit à l'enfant’ pour tous", affirme-t-il. "Pensez à tous ces enfants qui, cherchant d'où ils viennent, ne trouveraient que des éprouvettes, des banques de sperme, des ventres loués, des manipulations génétiques, peut-être, un jour, des utérus artificiels…"

CE QU’IL FAIT

Une omniprésence à l’Assemblée… Si le débat parlementaire en tant que tel ne débutera que le 29 janvier, le mariage pour tous a déjà fait son entrée dans l’hémicycle. Lors des questions au gouvernement notamment. Et Henri Guaino ne se gêne pas pour prendre la parole. L’élu UMP, qui s’exprime toujours avec une grandiloquence certaine, s’attire tant les railleries de la gauche que les faveurs de la droite. Les députés UMP n’ont ainsi pas hésité à scander "Référendum, référendum" à la suite de l’une de ses questions.

Le projet de loi sur le mariage pour tous est aussi passé devant diverses commissions, dont celles des Affaires sociales, qui compte dans ses rangs un certain Henri Guaino. Là encore, le député des Yvelines s’est érigé en leader de l’opposition. C’est lui qui, le premier, a quitté avec fracas la réunion après le rejet de certains amendements, bientôt suivis par ses collègues de l’UMP.

>> A lire aussi : le débat commence mal

Ces deux coups d’éclat montrent qu’Henri Guaino, longtemps moqué pour n’avoir jamais été élu, est en train de trouver sa place en tant que député. Et gagne le respect de ses pairs.

… Comme dans la rue. Mais l’action d’Henri Guaino ne s’arrête pas aux portes du Palais Bourbon. L’homme arpente le terrain pour défendre ses idées, parfois loin des caméras. Il était ainsi à Arras jeudi soir, et se rend dans les Alpes de Haute-Provence lundi. Cela dit, la présence des médias ne l’effraie pas outre mesure. L’ancien conseiller présidentiel était ainsi en première ligne lors de la grande manifestation du 13 janvier contre le mariage gay.

guaino-manif

Même exposition mercredi quand quelques dizaines d’élus de l’opposition ont manifesté devant l'Elysée pour réclamer un référendum sur le sujet. "Nous, parlementaires, nous, élus, nous n'avons pas un mandat pour voter une telle réforme. Seul le peuple peut trancher cette question. Nous considérons que le Parlement n'est pas légitime pour trancher cette question", a lancé Henri Guaino, là encore en première ligne.

guaino-bandeau

Une ambition retrouvée. Avec cette nouvelle exposition, Henri Guaino ne se sent pas de joie. Et lui qui avait subi un légitime contrecoup après la défaite de Nicolas Sarkozy, envisage de nouveau l’avenir avec appétit. Au point de lorgner l’Elysée ? : "Je suis disponible et ne ferme aucune porte. Si la question est : mon QI est-il suffisant pour être président ? La réponse est oui", disait-il jeudi dans L’Express.