Grippe A : Chérèque taxe les généralistes d'hypocrites

  • A
  • A
Grippe A : Chérèque taxe les généralistes d'hypocrites
Partagez sur :

Le leader de la CFDT s'est dit contre les vaccinations par les médecins libéraux dans leurs cabinets pour "une question de coût".

"Si vous allez chez votre médecin pour vous faire vacciner, vous allez payer une visite. On nous dit c'est 8 euros. Mais on se moque de nous, parce que vous allez y aller, vous allez faire voir un autre problème de santé, et ce sera 22 + 8, ce sera 30 euros". Invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe1/Le Parisien-Aujourd'hui en France, François Chérèque n'a pas été tendre avec les médecins libéraux qui continuent de réclamer le droit de pouvoir administrer eux aussi le vaccin contre la grippe A dans leurs cabinets médicaux.

Le secrétaire général de la CFDT voit, dans cette attitude, "une question de pognon". Le leader syndical estime d'ailleurs que le mode de rémunération des praticiens devrait être réformé pour faciliter des missions de service public. François Chérèque propose ainsi que les médecins libéraux, qui actuellement sont rémunérés à l'acte, aient "une forme de rémunération en partie au forfait, c'est-à-dire on leur donne une somme tous les ans, et en échange, ils effectuent des actions de service public", comme les vaccinations par exemple. "Avec ce système-là, les gens pourraient aller voir le médecin et seraient vaccinés gratuitement", a-t-il expliqué.

Pour l'heure, le gouvernement juge impossible la vaccination en cabinet médical mais met en avant des raisons de logistique. La ministre de la Santé a ainsi rappelé les contraintes liées au conditionnement multidoses des vaccins. Roselyne Bachelot a par ailleurs annoncé samedi que des internes, des médecins du travail et des médecins militaires seraient réquisitionnés.

"On marche sur la tête. Si on veut vacciner les 60 millions de Français, il faut utiliser toutes les bonnes volontés et en particulier tous les cabinets de médecine générale, tous les cabinets de pédiatrie qui sont volontaires", a encore déploré samedi soir Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). MG France, un autre syndicat de médecins généralistes, a lui proposé dimanche que les généralistes puissent vacciner les patients les plus à risques et les personnes isolées "qu'ils sont souvent seuls à voir". Rappelant au passage que la France venait de recevoir trois millions de vaccins monodoses.

> François Chérèque ne s'est pas encore fait vacciner

> Réécoutez l'intégralité du Grand Rendez-Vous avec François Chérèque au micro de Jean-Pierre Elkabbach et Patrick Cohen.