Grève des musées : Mitterrand ne cédera pas

  • A
  • A
Grève des musées : Mitterrand ne cédera pas
Partagez sur :

Le ministre de la Culture, qui fait face à une vague de protestation dans les musées, négociera avec les grévistes.

Alors que le Centre Pompidou est en grève depuis 18 jours, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a indiqué jeudi sur Europe 1 qu'il ne reculerait pas sur la réforme contestée. Les salariés des musées et monuments nationaux protestent contre la baisse des créditsde l'Etat et le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Le ministre a dit entendre les inquiétudes des grévistes. "Cela dit, on ne peut pas revenir sur une réforme qui a été decidée et qui a été appliquée dans l'ensemble de l'administration", a nuancé Frédéric Mitterrand.

"Je suis totalement à l'écoute" des grévistes, a assuré le ministre. Frédéric Mitterrand avait reçu les syndicats la semaine dernière. "Le dialogue continue (...) Je vais proposer un certain nombre de choses que je ne vous dirai pas aujourd'hui. J'en ai sous le pied sauf que je ne reviendrai pas sur le principe de la réforme", a-t-il ajouté.

Frédéric Mitterrand a ensuite démonté "des fantasmes" : la réforme a été validée jusqu'en 2011 mais pas plus loin, a assuré le ministre.

Frédéric Mitterrand a précisé qu'il était "parmi les ministres de la Culture celui qui a le plus d'expérience du travail. (...) j'ai été de l'autre côté pendant 40 ans. (...) Je suis beaucoup plus à l'écoute qu'on ne pourrait l'imaginer."

Sur la numérisation de millions de livres par Google, le ministre a dit espérer avoir "grâce au grand emprunt une partie de l'argent nécessaire pour nouer les partenariats privé-public". Pour cela, il a demandé 753 millions d'euros. Pour Frédéric Mitterrand, "c'est un des enjeux essentiels de ces prochaines années. On va avoir sur un écran, le plus grand mmusée du monde".

Le ministre a par ailleurs refusé de s'exprimer sur la libération de Roman Polanski. "La meilleure manière de respecter une procédure sans qu'elle ne dérape, c'est de se taire", a dit Frédéric Mitterrand, qui affirme ne pas avoir eu le cinéaste au téléphone.

> Regardez l'intégralité de l'interview de Frédéric Mitterrand.