Glières : pèlerinage très encadré pour Sarkozy

  • A
  • A
Glières : pèlerinage très encadré pour Sarkozy
@ MAXPPP
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy rend hommage mardi aux jeunes résistants fusillés en 1944 sur le plateau des Glières.

C’est devenu une tradition pour le chef de l’Etat depuis 2007. Le président de la République va se recueillir mardi à la Nécropole de Morette, où 105 jeunes résistants fusillés par les Allemands en 1944 sont inhumés. Il sera accompagné par Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale et élu de Haute-Savoie.

Honorer la mémoire des résistants

Sarkozy s'était rendu la première fois sur le plateau des Glières pendant la campagne présidentielle de 2007, et avait pris l'engagement de revenir chaque année sur place honorer la mémoire des résistants.

Le plateau des Glières, près d'Annecy, fut dans la France occupée le lieu du premier combat d'envergure livré par les forces françaises aux troupes allemandes sur le sol national.

" Une récupération politique"

Mais ce pèlerinage annuel du chef de l’Etat n’est pas du goût de tout le monde. "C’est scandaleux. Ça nous choque beaucoup. Nicolas Sarkozy et le gouvernement ont détruit les acquis du programme du Conseil national de la résistance ", a ainsi confié au micro d’Europe1, Didier Magnin, le président de l’association Citoyens Résistants d'hier et d'aujourd'hui.

Chaque année, quelque 3.000 à 4.000 personnes organisent sur ce même plateau des Glières un contre-pélerinage. Les organisateurs de celui de l'an dernier, parmi lesquels les anciens résistants Raymond Aubrac et Stéphane Hessel, y avaient dénoncé l'hommage du chef de l'Etat, rendu aux résistants "à des fins médiatiques" selon eux.

L'association Citoyens résistants avait rassemblé au même endroit 3000 personnes le 16 mai 2010, contre ce qu’ils estiment être une "récupération" du lieu par le chef de l'Etat.

Le plateau sera complètement bouclé

A quelques kilomètres du plateau des Glières cerné par les forces de l’ordre, le débat est moins passionné sur la place du village. "François Mitterrand avait la Roche de Solutré. Nicolas Sarkozy a son plateau des Glières ", relativise un passant. "C’est très bien pour le secteur. Ça permet de faire découvrir un petit peu le plateau des Glières", se félicite un autre.

En théorie, rien ne viendra perturber la visite présidentielle, préservée des polémiques sur le terrain. Le plateau sera en effet complètement bouclé pour l'occasion. Et les manifestants ont de toute manière anticipé : ils s'étaient réunis bien en amont de l'évènement, il y a deux semaines.