Simeoni : "Il ne faut pas opposer le français et le corse"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour le nationaliste Gilles Simeoni, nouveau président du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale (CTC), il faut "sortir des positions caricaturales" et "arrêter d'opposer les langues".

INTERVIEW

Gilles Simeoni n'en démord pas : il entend continuer sur la voie tracée depuis l'élection des nationalistes à la tête de la région Corse. Des "lignes rouges" ont-elles été "franchies", selon l'expression du Premier ministre Manuel Valls mercredi soir ? "Non, absolument pas", rétorque le nationaliste aujourd'hui à la tête du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale. "Il faut sortir des positions caricaturales qui cherchent à faire peur aux gens", appelle Simeoni jeudi au micro d'Europe 1. "Je crois qu'il ne faut pas opposer les langues. De la même façon que la langue de la République française est le français, la langue du peuple corse est le corse."

Les nationalistes corses doivent bientôt rencontrer le pouvoir exécutif pour mettre ces différents sujets sur la table. "La question qui se pose aujourd'hui c'est : est-on capable – nous le souhaitons – de trouver une organisation politique et administrative qui permettent aux langues de vivre et d'être employées indifféremment ?". Pour Gilles Simeoni, "cela passe par un statut de co-officialité" du corse et du français. "Il n'y a qu'une seule langue dans la République, c'est le français", assénait de son côté Manuel Valls mercredi.

"La langue de la Corse, c'est le corse", a de son côté répondu au Premier ministre le nouveau président de l'Assemblée Corse, jeudi matin sur Europe1.