Gérard Larcher, un patron très généreux

  • A
  • A
Gérard Larcher, un patron très généreux
Les dépenses en personnel du cabinet du président du Sénat auraient augmenté de 26%, selon Médiapart.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les dépenses en personnel de son cabinet auraient augmenté de 26%, selon Mediapart.

Que les gros salaires lèvent le doigt ! Alors que le président du Sénat, Gérard Larcher, avait annoncé placer son mandat sous le signe du retour à la rigueur, le site Mediapart révèle que les dépenses en personnel de son cabinet ont augmenté de 26% par rapport à son prédécesseur.

19.154 euros pour le directeur de cabinet

Selon le site, la rémunération moyenne des collaborateurs de Gérard Larcher s'élève désormais à 8.500 euros nets par mois, une augmentation de 40% en moyenne. Son directeur de cabinet touche 19.154 euros nets, précise Mediapart. Tandis que sa conseillère presse est rémunérée 10.880 euros nets, contre 6.229 euros sous la présidence de Christian Poncelet, et son conseiller aux Affaires sociales payé 8.788 euros contre 5.378 euros sous son prédécesseur.

Gérard Larcher confirme ces augmentations de salaire mais refuse de polémiquer. "Moins de petits fours, plus de neurones", justifie-t-il auprès de Mediapart. Le président du Sénat assure avoir réduit les frais de bouche pour pouvoir embaucher du personnel plus qualifié, notamment dans le privé. "Il fallait s'aligner", ajoute le numéro 2 de l'Etat.

"Son prédécesseur avait un cabinet incompétent"

"Il avance l'argument que pour s'entourer de gens compétents, il faut dépenser 8.500 euros par conseiller. En substance, il nous explique que son prédécesseur avait un cabinet beaucoup moins compétent voire incompétent", analyse Mathilde Mathieu, l'auteur de l'enquête, sur BFM TV.

En prenant la succession de Christian Poncelet, empêtré dans une polémique sur le train de vie luxueux du Sénat et l'attribution à vie d'un appartement, Gérard Larcher avait promis un retour à la rigueur. Promesse à moitié tenue puisque les primes du reste du personnel du Sénat ont été réduites cette année.