Georges Frêche est mort

  • A
  • A
Georges Frêche est mort
@ Max PPP
Partagez sur :

L'homme politique connu pour ses propos polémiques est décédé à Montpellier, à 72 ans.

Georges Frêche est mort d’un arrêt cardiaque. Le président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon, connu pour ses propos polémiques, est décédé dimanche dans l’après-midi, à Montpellier. Selon une information Europe 1, il est mort à 18h15, dans son bureau, alors qu'il recevait des représentants chinois. Il avait 72 ans.

Une personnalité provocante

Né le 9 juillet 1938 dans le Tarn, il avait été maire de Montpellier de 1977 à 2004. Il présidait depuis le Conseil régional du Languedoc-Roussillon depuis 2004. Il avait été réélu en mars à cette fonction, après avoir largement dominé le second tour du scrutin des régionales, réunissant 54,19% des suffrages, devant l'UMP (26,43%) et le FN (15,67%). La campagne avait été marquée notamment par son bras de fer avec le PS qui lui avait opposé une liste conduite par Hélène Mandroux, maire de Montpellier.

Personnalité politique longtemps membre au PS, il était connu pour ses propos très controversés. Il avait ainsi créé la polémique en 2006 avec une sortie sur les Harkis, puis en critiquant l’équipe de France de football, jugeant qu’il y avait trop de "black". Le PS l'avait alors lâché, Martine Aubry la première. Il avait finalement été exclu du parti en 2007.

Beaucoup de fidèles

Malgré sa mise à l'écart du PS, il avait gardé la haute main sur les fédérations locales du parti dont les dirigeants lui étaient restés fidèles. Avant les dernières élections en 2010, il s'était même permis une sortie de plus sur Laurent Fabius. Il avait plus récemment fait la une de l'actualité récemment en inaugurant en grande pompe cinq statues des "grands hommes", dont celle de Lénine.

Marié et père de cinq filles, Georges Frêche, qui ces dernières années marchait avec peine, était également souvent décrié pour son autoritarisme et ses colères tonitruantes. Cet ancien maoïste, élève de l'école des Hautes études commerciales (HEC), était aussi agrégé de droit, spécialiste du droit romain, qu'il avait enseigné à l'université de Montpellier.