Fusion IS/CSG : Cazeneuve ne veut pas "figer" d'hypothèse

  • A
  • A
Fusion IS/CSG : Cazeneuve ne veut pas "figer" d'hypothèse
Partagez sur :

Le ministre du Budget a estimé que "des tas d'autres pistes peuvent exister"

Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, a estimé lundi soir à propos de la remise à plat de la fiscalité engagée par Matignon qu'il ne fallait "pas se figer sur telle ou telle hypothèse", comme la fusion de l'impôt sur le revenu et la CSG. Interrogé par BFMTV sur cette fusion, évoquée par Jean-Marc Ayrault la semaine dernière, Bernard Cazeneuve a répondu : "Des tas d'autres pistes peuvent exister et notre rôle est de privilégier les objectifs que nous voulons atteindre, plutôt que de nous figer sur telle ou telle hypothèse qui pourrait nous conduire à perdre de vue l'ensemble du paysage."

Il a souligné que la fusion de l'Impôt sur le revenu et de la CSG nécessitait "une remise en cause de toutes les niches fiscales, la +familialisation+ de l'ensemble des revenus", ce qui est compliqué et long. Le ministre a insisté sur la nécessité de "ne pas s'enfermer dans des hypothèses" pour mener à bien la réforme fiscale, rappelant  que la tâche assignée était d'atteindre "les objectifs" du gouvernement à savoir: "la simplification, la stabilisation, la stimulation de la croissance, la progressivité et la justice".

Comme on lui demandait quand il avait été prévenu par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault de lancer une "remise à plat" du système fiscal, Bernard Cazeneuve a répondu: "j'ai été informé quand je devais l'être". Le ministre avait été prévenu tardivement de cette décision prise par Jean-Marc Ayrault avec le chef de l'Etat.