Frondeurs : Cambadélis saisit la Haute Autorité éthique du PS

  • A
  • A
Frondeurs : Cambadélis saisit la Haute Autorité éthique du PS
Partagez sur :

24 députés dans le viseur du PS. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis saisit la Haute Autorité éthique du PS sur les 24 députés signataires du la motion de censure de gauche, qui a échoué de peu, contre le gouvernement. "Jean-Christophe Cambadélis a décidé de saisir la Haute Autorité éthique" du Parti socialiste "sur le cas des 24 députés socialistes qui ont proposé de renverser leur gouvernement via une motion de censure", indique la déclaration transmise par Corinne Narassiguin, porte-parole du PS.

Une décision "assez rapidement". Il s'agira pour la Haute Autorité de "statuer" sur ce cas de figure sans précédent, en clair sur la "possibilité de sanctions et jusqu'où elles peuvent aller", a expliqué un responsable PS. Ce responsable n'a pas précisé quand pourrait se réunir la Haute Autorité éthique, mais elle le fera "assez rapidement", a-t-il indiqué toutefois, rappelant que le prochain Bureau national du PS, son instance dirigeante, se tiendra le 23 mai. Cette même source n'a pas précisé non plus le type de sanctions qui pourraient être prises.

Deux signatures manquantes. Des députés socialistes "frondeurs" ont échoué de peu mercredi à bâtir une motion de censure contre le gouvernement avec des élus écologistes et Front de Gauche opposés au projet de loi travail. Le projet de motion de censure "des gauches et des écologistes" a recueilli 56 signatures sur les 58 requises.

D'anciens ministres signataires. Parmi les signataires socialistes de cette motion figurent notamment Aurélie Filippetti et Benoît Hamon, respectivement anciens ministres socialistes de la Culture et de l'Éducation. Figurent également les députés socialistes Laurent Baumel et Christian Paul, deux porte-voix des "frondeurs" du PS qui n'ont pas ménagé leurs critiques du projet de loi travail ces derniers jours.