Frêche : "On va bien s'ennuyer non ?"

  • A
  • A
Frêche : "On va bien s'ennuyer non ?"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Sur le web, les Montpelliérains rendent hommage à celui qui fût leur maire pendant 30 ans.

"On a perdu un père". Montpellier était sous le choc, lundi, après le décès de Georges Frêche. Le président de la région Languedoc-Roussillon, maire de Montpellier pendant 30 ans, est mort d’une crise cardiaque dimanche.

400 messages d’internautes

Sur le site du Midi Libre, le quotidien local, les messages d’hommage se sont succédé tout au long de la journée. "On compte plus de 400 commentaires évoquant sa disparition", a ainsi expliqué à Europe1.fr, Nicolas Badrignans, le responsable du service web du quotidien. Preuve de l’engouement que suscite le président de la région Languedoc-Roussillon, "le site a enregistré un record de fréquentation aujourd’hui, avec 160.000 visites. Devant une telle affluence, nos serveurs ont eu du mal", a reconnu Nicolas Badrignans.

"Si Montpellier, la surdouée est la deuxième ville de France en système universitaire, c'est quand même grâce à ce monsieur", écrit ainsi Nad, sur le site, tandis que Lucide insiste : "Merci monsieur Frêche. Les Montpelliérains vivent, grâce à vous, dans une ville magnifique que vous seul avez su faire renaître". "On va bien s'ennuyer non ? Moi aussi je suis triste ce soir !", ajoute Nini.

Les Montpelliérains indulgents

Thomas renchérit : "Chez nous, nous produisons en capitalistes et nous distribuons en socialistes" avait annoncé un jour Georges Frêche. C'était un grand homme !".

Même s'ils n'oublient pas le côté sombre de celui qu'on a souvent brocardé pour son autoritarisme et ses écarts verbaux, les Montpelliérains se veulent indulgents. "Quoi qu'il en soit, aimé ou détesté, il y a-t-il actuellement dans le paysage politique français beaucoup de représentants ayant sa "carrure"?", s’interroge ainsi Toche sur le site de la Dépêche du midi.

D’autres sont encore plus amers. "Paix à son âme. Mais pour le reste, son règne a été sans partage, le pouvoir absolu de 33 années", écrit encore Charles.

Un registre de condoléances

Dans les registres de condoléances installés par la mairie, les Montpelliérains faisaient également l’éloge de celui qui "a fait Montpellier, la surdouée". "Merci Monsieur le président, pour ce que vous avez fait pour Montpellier, l'agglomération et la région Languedoc-Roussillon", pouvait-on ainsi lire. Pour un anonyme, cette disparition était aussi marquante que celle de l'ancien président de la République, François Mitterrand.

Avant ses obsèques, mercredi à 10h30, ses administrés pourront se recueillir devant son cercueil exposé dans une chapelle ardente à l'hôtel de région.