Fraude fiscale : "pas de cellule de dégrisement"

  • A
  • A
Fraude fiscale : "pas de cellule de dégrisement"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, annonce "des écoutes et "des infiltrations".

26.05-cazeneuve-illustr-2

Invité dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien - Aujourd'hui en France, Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, a confirmé l'engagement du gouvernement contre la fraude fiscale. "Il faut faire en sorte que ceux qui échappent à l'impôt et ne participent pas au redressement soient rappelés durement à leur devoir citoyen. Les syndicats estiment la fraude à 70 milliards par an. Il n'est pas normal que des Français, depuis longtemps, échappent à cette obligation citoyenne."

"Il pourra y avoir des écoutes et des infiltrations", prévient le ministre :



"Cette loi dit que nous allons renforcer les moyens de la justice et de l'administration fiscale pour lutter contre la délinquance financière. Il pourra y avoir des écoutes, des infiltrations. Nous pourrons aussi utiliser des éléments transmis de façon licite mais dont la source ne l'est pas. Par ailleurs, nous renforcerons les peines de prison pour les cas relevant de la grande délinquance financière.", a-t-il encore ajouté

Quant aux fraudeurs qui voudraient se mettre en règle, ils ne pourront pas bénéficier d'une cellule de régularisation pour rapatrier leurs comptes en France. "Des cellules de régularisation, non. La possibilité de se mettre en conformité selon le droit commun, oui."