Frappes en Syrie : l'appel de Hollande aux députés britanniques

  • A
  • A
Frappes en Syrie : l'appel de Hollande aux députés britanniques
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le président français a lancé vendredi un appel aux députés britanniques pour qu'ils approuvent les frappes en Syrie.

François Hollande a lancé vendredi un appel aux députés britanniques "en solidarité avec la France" pour qu'ils approuvent les frappes en Syrie afin de combattre l'organisation de l'Etat islamique. "Je ne peux qu'appeler tous les députés britanniques, en solidarité avec la France mais surtout aussi en conscience dans la lutte contre le terrorisme, à approuver cette intervention", a-t-il déclaré en marge du sommet du Commonwealth à Malte.

"L'ensemble de l'Europe est frappée". François Hollande a évoqué "une volonté commune de lutter contre le terrorisme" et s'est également félicité de l'engagement de la chancelière allemande, Angela Merkel, de soutenir l'effort français si le Bundestag l'approuve. "J'espère que ces deux pays vont aller dans ce sens, compte tenu des liens d'amitié, compte tenu de l'enjeu de la lutte contre le terrorisme", a-t-il insisté, citant "l'amitié franco-britannique", "l'amitié franco-allemande".

Mais l'enjeu "va au-delà de nous, parce que si nous avons été frappés en France, c'est l'ensemble de l'Europe qui a été frappée et c'est l'ensemble des pays qui veulent préserver la liberté qui sont en fait attaqués", a-t-il ajouté.

Un vote la semaine prochaine. Le Premier ministre conservateur britannique David Cameron a appelé jeudi le Parlement à soutenir des frappes britanniques contre l'EI en Syrie. Londres mène déjà ce type d'intervention en Irak mais le Parlement s'était opposé en août 2013 à des frappes en Syrie, à l'époque contre le régime de Bachar al-Assad dont les forces étaient accusées d'avoir mené des attaques à l'arme chimiques. Un vote sur la question pourrait avoir lieu la semaine prochaine en Grande-Bretagne.

L'appel de Le Drian hier. Jeudi, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, s'était fendu d'une tribune dans le journal britannique The Guardian afin d'inciter les parlementaires à dire oui aux frappes en Syrie.