François Hollande : "Paris est la banlieue de Saint-Denis"

  • A
  • A
François Hollande : "Paris est la banlieue de Saint-Denis"
François Hollande a été chaleureusement accueilli samedi à Aubervilliers.@ AFP
Partagez sur :

François Hollande ne s'est pas privé de faire de l'humour samedi lors d'un déplacement en Seine-Saint-Denis, où il a été accueilli chaleureusement par les habitants.

"Paris est la banlieue de Saint-Denis", a plaisanté le président de la République samedi lors d'un déplacement dans cette ville au nord de la capitale, où il a été chaleureusement accueilli par la population. François Hollande était venu apporter son soutien au projet de reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis, décidé par la mairie communiste. De nombreux rois de France sont enterrés dans l'édifice religieux. "L'histoire de la basilique est très liée à celle de notre pays puisque l'abbaye, fondée au Ve siècle (...) a été consacrée en 775 en présence de Charlemagne - c'est dire que nous sommes ici dans une continuité - avant d'être reconstruite au XIIe siècle par Suger qui voulait faire de Saint-Denis une ville capitale (...) préfigurant Paris", a déclaré le président.

"On peut faire beaucoup en cinq ans". "Je ne le dirais qu'ici, mais Paris est la banlieue de Saint-Denis", a-t-il déclaré, suscitant une salve d'applaudissements. Très en verve, François Hollande a fait allusion à la météo peu clémente qui affligea plusieurs de ses déplacements au début de son mandat. Racontant que la flèche de la basilique avait dû être démontée à la suite d'une tornade survenue en 1846, il a dit : "C'était donc bien avant que j'accède à la présidence de la République..." Évoquant la durée des travaux, censés s'achever en 2024, il a ironisé : "Vous auriez pu le faire en cinq ans, on peut faire beaucoup en cinq ans".



L'humour, une "arme redoutable" en politique. Le chef de l'État s'est ensuite rendu à Aubervilliers pour inaugurer une rue au nom de l'ancien maire socialiste Jacques Salvator (1949-2016), dont il a rappelé le sens "de l'humour". "Parfois c'est un défaut, parce que nous ne sommes pas toujours compris", a estimé François Hollande. "Il n'y a d'ailleurs pas d'arme plus redoutable dans la vie politique que l'humour", a-t-il ajouté. Youyous, applaudissements, manifestations de gratitude : à l'occasion de ce déplacement ensoleillé dans cette Seine-Saint-Denis qui l'avait largement mis en tête en 2012, le président a reçu un accueil très chaleureux des habitants. Plusieurs d'entre eux se sont pressés pour lui serrer la main, l'embrasser ou se faire prendre en photo à ses côtés.