"Oui c'est un retour", assure Hollande

  • A
  • A
"Oui c'est un retour", assure Hollande
@ @StephanePlace
Partagez sur :

COME BACK - En déplacement jeudi à Angoulême, le président s'est offert un petit bain de foule, et a promis qu'il reviendrait plus souvent sur le terrain.

L'INFO. Après une parenthèse de presque deux mois, François Hollande est de retour sur le terrain. Jeudi, le chef de l'Etat est à Angoulême pour évoquer la mise en œuvre du troisième plan autisme. Il a notamment annoncé le maintien des engagements budgétaires en faveur du troisième plan autisme. "Dans cette période où l'on parle beaucoup d'économies budgétaires, vous pourriez craindre que le plan autisme soit lui-même concerné, il ne l'est pas", a-t-il affirmé.



>> A LIRE AUSSI - François Hollande revient au contact des Français

"Je suis toujours là". Interrogé lors son arrivée à l'école Ronsard après un court bain de foule avec des jeunes pour savoir s'il s'agissait d'un retour devant les Français, il a répondu: "Oui c'est un retour, si tant est qu'il y avait eu un départ avant. Je suis toujours là". "C'est toujours passionnant d'entendre les professionnels, en l'occurrence ceux qui traitent les questions scolaires ou les troubles autistiques, ou de voir des jeunes ou d'entendre une partie de la population exprimer ses attentes, ses inquiétudes ou ses espoirs. C'est donc ce que je fais et c'est ce que je ferai de plus en plus", a également déclaré le chef de l'Etat.

 

"En France, on a cette chance d'avoir une natalité très dynamique". Alors qu'un bras de fer existe entre l'exécutif et le PS sur le sujet de la modulation des Allocations familiales en fonction des revenus, le chef de l'Etat a également évoqué le thème de la politique familiale de son gouvernement, fortement critiquée par l'opposition et par des associations familiales. "En France, on a cette chance d'avoir une natalité très dynamique mais vous avez vu les chiffres, un enfant sur 150 naît avec un trouble autistique, c'est considérable", a-t-il déclaré. "Les familles, ce sont des prestations qui doivent leur être accordées, ce sont des établissements pour les gardes, des personnes qui doivent accompagner les parents pour qu'ils puissent travailler. Les familles qui ont un enfant avec un handicap léger ou lourd doivent aussi être considérées avec beaucoup de respect et avec toute la dignité. C'est ça une politique familiale, c'est une politique qui concerne toutes les familles avec une diversité de prestations, une diversité d'accompagnements", a déclaré M. Hollande.