François Hollande à l'offensive sur les jeunes

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - Après son émission sur Canal+, le chef de l'Etat compte faire de la jeunesse un fil rouge des prochaines semaines.

Deux heures en direct dans l'émission Le Supplément sur Canal+, dimanche midi. Un format singulier à travers lequel François Hollande a voulu cibler spécifiquement les jeunes, à l'occasion du troisième anniversaire de son élection. Et à l'Elysée, on est satisfait de cette prestation. C'est en particulier la séquence de dialogue avec les lycéens, à la fin de l'émission, qui a été la bonne surprise, selon un conseiller du président.

A l'Elysée, on estime que c'est une version réussie de la rencontre télévisée entre Jacques Chirac et des adolescents, avant le référendum de 2005. Une émission qui s'était terminée par  un naufrage à l’époque, avec cette phrase terrible du président : "je ne vous comprends pas, ça me fait de la peine".

Des déplacements sur la jeunesse. Dimanche, le contrat a été rempli, selon les proches du président. Des annonces, des séquences d’humour bienveillantes et pas de sortie de route. En réalité, cette émission était le premier coup de pinceau d'un tableau impressionniste que François Hollande veut tracer sur la jeunesse, si souvent affichée comme sa "priorité" pendant la campagne de 2012. Mardi, le président ira d'ailleurs à L'Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne, pour un déplacement avec de jeunes entrepreneurs des quartiers.

Les jeunes, ce sera son fil rouge des semaines à venir. François Hollande abordera des sujets comme le service civique, l'éducation ou encore le numérique. Plus largement, on s'aperçoit que la communication du chef de l'Etat est tournée dès que possible vers ce qui rassemble : la jeunesse mais aussi l'écologie ou le mémoriel. Une stratégie de communication qui, pour l'instant, ne fait pas remonter le président d'un seul point dans les sondages, bien au contraire

>> LIRE AUSSI - Hollande veut convaincre les électeurs du FN

>> LIRE AUSSI - Hollande à la (re)conquête des "jeunes urbains"