François Fillon sera bien candidat à Paris

  • A
  • A
François Fillon sera bien candidat à Paris
François Fillon a été désigné candidat de l'UMP pour les législatives dans la 2e circonscription de Paris.@ MAX PPP
Partagez sur :

Claude Guéant a quant à lui été investi comme prévu à Boulogne pour les législatives.

Ces investitures ne sont pas une surprise. Le Premier ministre François Fillon a été désigné mercredi soir candidat officiel de l’UMP pour les législatives dans la deuxième circonscription de Paris par le parti, réuni en commission nationale d’investiture. Le cas de sa concurrente, Rachida Dati, qui briguait la même circonscription, reste encore à trancher.

Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, a de son côté été investi, sans surprise, à Boulogne-Billancourt, neuvième circonscription des Hauts-de-Seine. Les autres candidats de l’UMP dans la capitale ont également été désignés, notamment les députés sortants Philippe Goujon, dans la 12e circonscription de Paris, et Jean-François Lamour, dans la 13e circonscription.

Pas de solution pour Dati

Le cas le plus épineux était cependant celui de la 2e circonscription, qui couvre les Ve, VIe et VIIe arrondissements de Paris. François Fillon a en effet choisi de quitter son fief de la Sarthe pour se présenter dans la capitale, au grand dam de l’ancienne garde des Sceaux Rachida Dati.

Celle-ci visait la même circonscription, qui englobe une partie de l’arrondissement dont elle est maire, le VIIe. Pour l’heure, aucune solution n’a été trouvée pour l’eurodéputée, qui a vivement protesté contre la candidature de François Fillon. Dès mardi soir, un responsable UMP assurait toutefois qu’ "on s’approch[ait] du but".

Charles Beigbeder investi

Autre investiture controversée, celle du médiatique homme d'affaires Charles Beigbeder, également secrétaire national de l'UMP en charge de la "pédagogie de la réforme". Ce proche de Jean-François Copé est investi dans la 8e circonscription, celle du XIIe arrondissement, ce qui déplaît aux élus locaux. Chantal Jouanno, sénatrice UMP de Paris, qui brigue la mairie du XIIe en 2014, s'est dite elle aussi "très réservée" sur cette candidature.

Brigitte Kuster, maire du XVIIe arrondissement, briguait la 4e circonscription. Elle a été priée de se présenter dans la 3e circonscription, voisine, pour laisser la place à Bernard Debré. Mais Brigitte Kuster ne semble pas décidée à s'écarter. Elle a confié à Europe1.fr qu'elle se présenterait malgré tout regrettant "le manque de dialogue" au sein de son parti et assurant être soutenue par bon nombre d’élus de la capitale.

La commission d’investiture a fait le tour des circonscriptions parisiennes, mais "rien ne sera totalement figé" avant le 28 janvier, date à laquelle le Conseil national de l’UMP entérinera définitivement les candidatures. Les derniers cas litigieux seront rebalayés le 24 janvier, lors d’une réunion portant sur l’ensemble des investitures.