François Fillon : "on ne naît pas électeur de gauche ou électeur de droite"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité spécial de la matinale d'Europe 1 lundi, le candidat à la primaire de la droite et du centre a estimé que les électeurs de gauche, qui viendraient voter à la primaire, étaient marginaux. 

INTERVIEW

C'est la grande peur de Nicolas Sarkozy : une primaire de la droite trop ouverte, les 20 et 27 novembre prochains, et donc courir le risque de se faire éliminer par des électeurs de gauche. Une hypothèse qu'a rejetée François Fillon, invité du troisième rendez-vous des "Lundis de la primaire" sur Europe 1, pour qui les Français qui voudraient venir voter à la primaire doivent pouvoir le faire.

"Ce débat est absurde". Dimanche soir au Zénith, Nicolas Sarkozy a fustigé ceux qui chercheraient à se "faire élire avec les voix de la gauche", gage de "trahisons futures", une allusion évidente à son grand rival, Alain Juppé. Une ligne totalement opposée à celle de François Fillon pour qui ce débat sur une primaire trop ouverte est "absurde". "Les Français qui voudront venir voter à la primaire viendront voter", a-t-il déclaré. Pour celui-ci, l'apport des voix de gauche à cette primaire de la droite et du centre est "totalement marginal". 

"Gouverner la France avec une faction, c'est une faute". "On ne naît pas électeur de gauche ou électeur de droite", a poursuivi François Fillon, qui a pris l'exemple des Français qui ont voté Nicolas Sarkozy en 2007 puis François Hollande en 2012. "Vous vous rappelez la phrase du général De Gaulle : "gouverner la France avec une faction, c'est une faute", a-t-il conclu.