François Fillon : "juridiquement, je ne vois pas comment une mise en examen peut se produire"

  • A
  • A
François Fillon : "juridiquement, je ne vois pas comment une mise en examen peut se produire"
"Il y a un problème judiciaire absolument considérable", a- estimé François Fillon à propos de l'autosaisine de cette affaire par le Parquet national financier (PNF)@ FRANÇOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :

Dans la tourmente des emplois présumés fictifs de son épouse, François Fillon a déclaré lundi que "juridiquement" il ne voyait pas comment il pourrait être mis en examen.

François Fillon, candidat à la présidentielle dans la tourmente des emplois présumés fictifs de son épouse, a déclaré lundi que "juridiquement", il ne voyait pas comment il pourrait être mis en examen, lors d'une visite à Saint-Denis de La Réunion.

Pense-t-il être mis en examen ? "Juridiquement, je ne vois pas comment ça peut se produire. On serait dans une quasi voie de fait", a argué François Fillon devant des journalistes, alors qu'il avait réitéré dans le Journal du Dimanche son engagement à se retirer en cas de mise en examen.

"Il y a un problème judiciaire absolument considérable". Selon le candidat de la droite à la présidentielle, "depuis le début, l'option est claire : éliminer le candidat légitimé par la primaire" de la droite. "Il y a un problème judiciaire absolument considérable", a-t-il assuré à propos de l'autosaisine de cette affaire par le Parquet national financier (PNF), dont ses avocats contestent la "légitimité" dans ce cas de figure.

Il estime être visé "par une injustice profonde". "Ca pose un problème institutionnel si la justice peut aller jusqu'à contrôler la nature du travail parlementaire!", a également affirmé François Fillon. L'ex-Premier ministre estime être visé "par une injustice profonde". "Je suis parlementaire depuis 1981. Beaucoup de parlementaires travaillaient avec leur famille. J'ai peut-être pris plus de temps que d'autres à prendre la mesure de la défiance que ça suscitait chez les Français", a-t-il concédé.

Le PNF a indiqué dimanche qu'"aucune décision n'(était) prise à ce stade de l'enquête" et qu'"aucun calendrier (n'était) fixé à ce jour".