François Fillon en grande forme

  • A
  • A
François Fillon en grande forme
Partagez sur :

Discret depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, le Premier ministre se fait de plus en plus présent.

Ce sera la troisième fois, jeudi, que François Fillon présentera ses vœux à la presse en tant que chef du gouvernement. L’exercice sonnera différemment cette année. Le bras droit de Nicolas Sarkozy, toujours décrit comme discret et simple exécutant jusque-là, se révèle ces derniers temps.

Taxe professionnelle, identité nationale ou encore burqa : le Premier ministre est intervenu à plusieurs reprises pour calmer les débats sur ces différents sujets. Et cela paye. Deux récents sondages indiquent que la popularité de François Fillon grimpe de 7 et 8 points. Le chef du gouvernement atteint même 52% d’opinions positives, son meilleur score depuis juillet 2009 dans le baromètre Ifop.

Une popularité en hausse auprès des Français, mais pas seulement. Les élus de gauche perçoivent aussi un changement de stature du Premier ministre depuis le début du quinquennat. "Nicolas Sarkozy a besoin d’une béquille. Et il a trouvé une béquille, qui a une tête et qui est intelligent", estime le député socialiste Jean-Pierre Brard. "S’il se privait de François Fillon, autant vouloir gagner un 100 mètres en étant unijambiste", ajoute-t-il.

"Nous sommes au début d’une tension inévitable entre le président de la République et le Premier ministre", assure pour sa part le député Jean-Christophe Cambadélis en observant les dernières actions de François Fillon.

Du côté de l’Elysée, on tente de rassurer. François Fillon resterait à son poste au moins jusqu’en 2011, assure-t-on. Seulement, les spéculations vont bon train notamment avec la sortie, jeudi, du livre de la journaliste Alix Bouilhaguet, La carpe et le lapin. Dans cet ouvrage, elle passe au crible les relations entre les deux têtes de l'exécutif. Et elle écrit que le Premier ministre quitterait Matignon "pas très longtemps avant les échéances (électorales) de 2012". Un calendrier établit, selon elle, entre François Fillon et Nicolas Sarkozy en mai 2008. Ces propos qu'elle attribue au Premier ministre ont toutefois été démentis par ses services. "Le Premier ministre ne s'est jamais exprimé en ces termes", a déclaré sa conseillère en communication Myriam Lévy, qui avait assisté à l'entretien du 28 août 2009 entre François Fillon et Alix Bouilhaguet. Cette dernière affirme avoir enregistré l'entretien.