François de Rugy juge "assez détestables" les "petites polémiques sur l'argent"

  • A
  • A
François de Rugy juge "assez détestables" les "petites polémiques sur l'argent"
@ AFP
Partagez sur :

François de Rugy, ex-EELV, a contesté jeudi devoir de l'argent à son ancien parti, jugeant "assez détestables" les "petites polémiques sur l'argent". 

François de Rugy, qui vient de claquer la porte d'Europe Ecologie-les Verts (EELV), a contesté jeudi devoir de l'argent à son ancien parti, jugeant "assez détestables" les "petites polémiques sur l'argent".

"Je trouve ça assez détestable". "Les petites polémiques sur l'argent, je trouve ça assez détestable, parce que je vois bien l'idée qu'il y a derrière, c'est d'essayer de salir l'honneur de celles et ceux qui ont servi l'écologie comme moi pendant huit ans dans un parti, qui ont versé de l'argent, comme c'est normal", a déclaré François De Rugy sur LCP. "Mélanger les choix politiques avec des histoires d'argent, c'est vraiment détestable", a-t-il ajouté.

"C'est même l'inverse". Selon un responsable du parti, François de Rugy et Jean-Vincent Placé, qui ont claqué la porte fin août, doivent respectivement 11.600 et 13.500 euros à leur ancienne formation. Mais selon François De Rugy, cette information "est fausse". Doit-il cette somme ? "Sûrement pas. C'est même l'inverse", a-t-il rétorqué. 

"Quand on arrête d'adhérer à un parti politique, on arrête de payer la cotisation". "Moi, j'ai versé depuis que je suis député près de 600.000 euros aux Verts et à EELV et c'est normal, j'appartenais à ce parti. Maintenant je n'y appartiens plus", a-t-il fait valoir. "Quand on adhère à un parti politique, on paie une cotisation. Et à EELV, quand on est élu, on paie une lourde cotisation, 1.300 euros par mois (...). Quand on arrête d'adhérer à un parti politique, on arrête de payer la cotisation".

François de Rugy payait semestriellement. Interrogé par l'AFP, il avait reconnu le 11 septembre ne pas avoir fait le versement de juillet, car il "commençait à avoir des questions sur l'avenir".