François Bayrou "prêt à examiner les possibilités" d'un "rassemblement" du Modem avec l'UDI

  • A
  • A
François Bayrou "prêt à examiner les possibilités" d'un "rassemblement" du Modem avec l'UDI
François Bayrou tient à saisir les opportunités de rapprochement avec l'UDI@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Après que Jean-Christophe Lagarde a pris de la distance avec Les Républicains dans Le Journal du Dimanche, François Bayrou s'est dit "prêt à examiner toutes les possibilités de rassemblement" de son parti le MoDem avec l'UDI.

Le président du MoDem François Bayrou s'est dit dimanche "prêt à examiner toutes les possibilités de rassemblement" de son parti avec l'UDI, "du moment que l'indépendance devient le gage de l'unité".

Une réponse à Jean-Christophe Lagarde. François Bayrou, qui s'exprimait en clôture de l'université de rentrée du MoDem à Guidel (Morbihan), réagissait ainsi à la déclaration du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, qui a estimé dans le Journal du Dimanche que l'alliance avec LR "n'est plus une obligation".

"Saisir les occasions". Jean-Christophe Lagarde "a dit : 'le lien avec LR, c'est fini, c'est derrière nous'. Il a dit : 'plus jamais nous ne serons des supplétifs'. La mission qui est la mienne est de saisir les balles au bond. Il faut accepter de saisir les occasions", a poursuivi François Bayrou. "Si vraiment la déclaration est fondée, si vraiment il a décidé qu'ils ne seraient plus des supplétifs contrairement au choix qu'il a fait de manière continue pendant des années et des années, si vraiment il a décidé de se mettre en marche lui aussi sur la route de l'indépendance, alors il faut que nous en tirions des conclusions", a encore insisté le président fondateur du MoDem depuis 2007.

"Une nouvelle manière de servir la France". Devant une salle au départ dubitative, François Bayrou a assuré n'avoir "rien oublié" des nombreuses dissensions au sein de la famille centriste, qui ont notamment conduit à la création de l'UDI en 2012. "Nous n'abandonnerons rien de nos convictions. Mais ceci est peut-être une nouvelle manière de servir la France", a-t-il souligné. "Si cette chance est offerte, je promets que nous ne la laisserons pas passer. Le choix du rassemblement doit être sur notre agenda", a martelé François Bayrou à la fin de son allocution.