François Bayrou est-il un repoussoir pour l'électorat de droite ?

  • A
  • A

Partagez sur :

Avant le deuxième débat de la primaire de la droite jeudi soir, Alain Juppé est confronté au dilemme Bayrou, qui ne fait pas l'unanimité dans l'électorat de droite.

REPORTAGE

Depuis plusieurs mois, Alain Juppé est toujours en tête des sondages de la primaire de la droite - même si l'écart se resserre ces derniers jours. Mais son ticket éventuel avec François Bayrou pose problème à de nombreux sympathisants de droite. A la veille du deuxième débat, qui aura lieu jeudi soir sur BFMTV et iTélé, Europe 1 a constaté à Nantes que cette association pourrait même coûter des voix au maire de Bordeaux.

La campagne de Nicolas Sarkozy a fait mouche. Depuis plusieurs semaines, l'ancien chef de l'Etat n'a pas arrêté de critiquer poids du président du Modem dans la campagne. "Je ne veux pas que demain la future majorité soit otage de Monsieur Bayrou", a même déclaré Nicolas Sarkozy, mercredi matin sur France Info. Certains électeurs de droite commencent à se poser des questions. "François Bayrou, il n'est pas franc du collier", s'agace une militante de droite qui s'apprête à voter à la primaire. "Je n'ai pas confiance en Juppé et par conséquent, je ne voterai pas pour Alain Juppé".

"Bayrou est en dehors de la famille de droite". "Il a voté François Hollande au deuxième tour de l'élection présidentielle en 2012", rappelle Philippe, un sympathisant de droite qui vit à Nantes. "Il est en dehors de la famille de droite et ça dénote qu'Alain Juppé est un mou".

"Pourquoi pas dans un gouvernement de droite". Mais tous les électeurs de droite ne vilipendent pas cette association. C'est le cas d'Alain, qui rappelle un vieil épisode des marionnettes de Canal +. "Souvenez-vous des Guignols avec Jacques Chirac. Il disait tout le temps : 'ça me chatouille dans le dos'. Il avait plein de poignards dans le dos. Et qui les lui avait plantés ? C'était Sarkozy". Ce futur électeur à la primaire ne voit d'ailleurs pas d'un mauvais œil la participation de François Bayrou à un gouvernement de droite.