François Baroin : la mobilisation des maires, "un très grand succès"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le sénateur-maire (Les Républicains) de Troyes et président de l'Association des maires de France (AMF) a fustigé sur Europe 1 la baisse des dotations de l'Etat aux communes.

INTERVIEW

François Baroin, président de l'Association des maires de France (AMF), s'est félicité lundi sur Europe 1 de la mobilisation des maires contre la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales, samedi. "La journée de samedi était inédite dans l'histoire des communes de France. Elle a été un très grand succès", a-t-il salué au micro de Jean-Pierre Elkabbach, dénonçant la "dégradation spectaculaire" de la situation des communes. Pour le sénateur-maire de Troyes, la baisse des dotations "va se traduire soit par une augmentation des impôts locaux, soit par une altération de la qualité des services publics, soit par un effondrement des investissements publics".

"Il faut modifier la copie". "Le cri d'alarme qui a été lancé samedi par tous les maires de France, c'est un cri pour une prise de conscience de l'opinion publique sur les mesures difficiles que nous allons être amenés à prendre, et c'est surtout un message adressé à l'Etat. Il doit changer sa position. Il faut modifier la copie, on ne peut pas continuer comme ça", a réclamé François Baroin. L'ancien ministre a pris l'exemple de la réforme des rythmes scolaires pour justifier la colère des maires. "Personne ne conteste le choix national. Maintenant, il faut financer derrière. Le financement, c'est plus d'un milliard pour les communes. C'est de l'argent qui est dû et qui n'est pas donné", s'est-il indigné.

"Une saignée sans précédent". Les maires refuseraient-ils de participer à l'effort de réduction des dépenses publiques ? "Nous sommes les premiers à faire des économies", a balayé François Baroin, qui s'est alarmé des conséquences de la baisse des dotations pour l'investissement. "J'alerte solennellement sur l'effondrement potentiel de l'investissement public, qui va avoir un impact sur la croissance", s'est-il alarmé, dénonçant "une saignée sans précédent".

Retrouvez l'interview de François Baroin dans son intégralité :