France Télévisions abandonne l'idée d'un débat le 20 avril

  • A
  • A
France Télévisions abandonne l'idée d'un débat le 20 avril
@ Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP
Partagez sur :

À la place, une série d'entretiens successifs ont été proposés aux onze candidats à la présidentielle. Ces derniers trouvaient la date du 20 avril trop proche de celle du premier tour pour se livrer à un débat en bonne et due forme.

INFO EUROPE 1

C'était le premier, ce sera donc le dernier. Le débat organisé mardi soir par BFM TV et CNews sera le seul à rassembler les onze candidats à la présidentielle sur le même plateau, a annoncé mercredi notre journaliste politique David Doukhan. L'idée d'en faire un second le 20 avril sur France Télévisions a donc été abandonnée.



Des entretiens successifs. À la place, le service public a proposé aux candidats des entretiens individuels successifs de quinze minutes. "Une nouvelle proposition différente de celle de BFM est maintenant sur la table", a confirmé France Télévisions à Europe1.fr. "La date du 20 avril est maintenue." Le service public souhaite centrer ces interviews, qui seront menées par David Pujadas et Léa Salamé, sur les projets. Une réunion le 11 avril doit permettre de discuter les dernières modalités de la structure de l'émission.

Des candidats réticents. Ce débat semblait mal embarqué depuis quelques jours, alors que Jean-Luc Mélenchon avait prévenu qu'il n'y participerait pas, et qu'Emmanuel Macron avait émis des réserves. Tous deux mettaient en avant le choix de la date, trop proche selon eux de celle du premier tour, le 23 avril. D'autres candidats, notamment Marine Le Pen et François Fillon, conditionnaient leur participation à celle des autres poids lourds de la présidentielle. Seul Benoît Hamon s'était ouvertement dit favorable au renouvellement de l'expérience. "Je trouve que c'est toujours bon le débat", avait-il expliqué dans l'émission Questions d'info. "Je pense qu'on a à faire vivre la démocratie jusqu'au bout et on ne peut pas dire d'un côté que l'on veut faire respirer la démocratie, et de l'autre se soustraire au débat."

Réponse dans 48 heures. Reste à savoir si la nouvelle formule proposée par France Télévisions va convaincre les plus réticents. Les candidats ont 48 heures pour donner leur réponse, et intérêt à tous tomber d'accord. "L'émission n'aura lieu que si les 11 acceptent tous d'y participer", a souligné le service public. Cécile Duflot, soutien de Benoît Hamon, a d'ores et déjà fustigé ce changement de programme. "Je trouve scandaleuse la décision de France Télévisions de céder au fait des princes et d'annuler le débat prévu entre tous les candidats", a-t-elle déclaré sur Twitter.