Fouquet's : Cécilia n'a pas fait "le videur"

  • A
  • A
Fouquet's : Cécilia n'a pas fait "le videur"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Dans son livre, Cécilia Attias affirme que l'idée de fêter la victoire de Nicolas Sarkozy au Fouquet's n'était pas la sienne.

INTERVIEW E1 - Dans son livre, Cécilia Attias affirme aussi que, contrairement aux propos de proches de Nicolas Sarkozy, l'idée de fêter la victoire du nouveau chef de l'Etat au Fouquet's n'était pas la sienne, mais la leur. "Notre préoccupation première portait sur son caractère symbolique. Quel lieu était le plus à même de représenter la France et d’honorer son peuple ? La réponse ne tarda pas : les Champs-Elysées. Organiser une fête privée à l’hôtel Fouquet’s n’avait donc rien d’incongru. C’était une manière d’honorer Paris et la France et d’associer notre joie à un lieu que nos concitoyens aimaient", écrit ainsi l'ex-première dame dans Une envie de vérité. Sur Europe 1, celle qui fut une éphémère Première dame est revenue sur ce choix du Fouquet's. "Les Champs-Elysées était un endroit important, un lieu au coeur de Paris et un endroit très symbolique".

L'épouse du publicitaire Bernard Attias revient aussi dans son livre sur les incidents qui ont émaillé cette soirée au Fouquet's, avec notamment le refoulement de certaines personnalités, comme Pierre Charon, Laurent Solly, ou encore Frédéric Lefebvre. "N’en déplaise à certains, je n’ai jamais établi de liste d’invités ni bloqué les entrées de quiconque", jure Cécilia Attias dans son livre. "Je n'étais pas à la porte en train de faire le videur", a-t-elle répété jeudi sur Europe 1. " Il n'y a pas de gens avec lesquels je ne m'entendais pas mais il y a des gens qui n'étaient peut-être pas le vrai entourage dont Nicolas Sarkozy avait besoin à l'époque. Mais je n'ai pas écrit de liste, j'étais à des années lumière de tout ça, j'avais des problèmes personnels à régler", a t-elle confié, en référence à la séparation du couple qu'elle formait avec Nicolas Sarkozy.