FN : Ayrault, une "machine à insulter"

  • A
  • A
FN : Ayrault, une "machine à insulter"
@ MaxPPP
Partagez sur :

Pour le Premier ministre, "le FN n’aime pas la France". Florian Philippot regrette "un concours d’insultes".

Le contexte. Brignoles a laissé des traces. Depuis l’élimination du candidat communiste et écologiste, et la qualification du candidat FN dès le premier tour de l'élection cantonale partielle de cette petite commune du Var, l’exécutif tire la sonnette d’alarme. François Hollande a été le premier à dégainer sur "le risque FN". Jean-Marc Ayrault l’a imité, mercredi matin, sur Europe 1.

>> A LIRE AUSSI : Le scrutin de Brignoles, le coup de grâce

"Il ne faut pas courir derrière le Front national". Selon l’entourage du chef de l’Etat, "la meilleure façon de combattre le FN, c'est d'avoir des résultats économiques et sociaux". Voilà pour la ligne officielle du palais. Jean-Marc Ayrault a choisi une autre stratégie : faire porter la faute de la montée du FN à la précédente majorité. Après avoir assuré que "le FN progresse aussi sous la droite", le Premier ministre a estimé qu’ "il ne faut pas courir derrière le Front national [car] vous faites sauter les digues. C'est ce qu'a fait Nicolas Sarkozy mais plus récemment, de façon scandaleuse, François Fillon, uniquement pour des raisons de cynisme et d'opportunisme politique, parce qu'il pense que ça va le servir pour être désigné pour la primaire de l'UMP, mais c'est la France dont il est question !".



EXTRAIT - Ayrault : "Le FN n'aime pas la France"par Europe1fr

Interrogé sur la porosité de l’électorat de droite, de plus en plus tenté par le FN, Jean-Marc Ayrault a un coupable tout trouvé : "on ne fait pas sauter les digues avec un parti qui n'est pas conforme aux valeurs de la République ! Qui a fait ça ? C'est l'UMP ! Qu'est-ce qui se passe quand l'UMP, quand François Fillon fait ça ? Les électeurs de l'UMP filent directement, comme ça s'est passé à Brignoles, vers le FN ! Voilà ce qui s'est passé !" Et le Premier ministre de conclure : "moi je veux défendre la France ! D'une certaine façon, je vais vous dire : le Front national n'aime pas la France ! Car la France n'est pas un pays qui se rapetisse, qui se recroqueville !"

"Le FN aime profondément la France". Cette conclusion de Jean-Marc Ayrault n’a pas manqué de faire régir au Front national. Et comme souvent, c’est Florian Philippot qui s’en est chargé, assurant sur BFM TV que "le FN aime profondément la France, nous sommes les patriotes, les amoureux de la France". Selon le numéro 2 du FN, "c'est finalement assez amusant parce que ça démontre leur état de panique et d'affolement suite à Brignoles, tous les sondages, tout ce que l'on voit sur la très forte dynamique du FN". Marine Le Pen est également intervenue un peu plus tard, sur le site du Figaro : "moi, j'aime tellement la France que je veux qu'elle continue à exister. Eux font tout pour qu'elle disparaisse dans le magma de l'Union européenne", a-t-elle ainsi rétorqué.
 

florian philippot marine le pen maxppp 930620

© MAXPPP

Et Florian Philippot de regretter également "un concours d'insultes. Le Parti socialiste, le gouvernement et quelques autres, même à l'UMP comme M. (Bruno) Le Maire, sont devenus des machines à insulter". Hasard ou coïncidence, sa patronne a suivi le même chemin dans Le Figaro : "nous assistons à une espèce de concours d'insultes chez les socialistes. Je ne sais pas s'ils ont l'impression de faire acte de résistance mais cela est bien piètre de la part d'un Premier ministre qui doit pourtant avoir beaucoup de travail", a-t-elle déclaré.

Alors que le parti d’extrême-droite a souvent été pointé du doigt dans le passé pour ses dérapages, c’est cette fois lui qui appelle au calme et à la retenue : "c'est un système hargneux, je les appelle à se tranquilliser, à redevenir sereins, à sortir de leur fébrilité", a conclu le vice-président du FN.