Florian Philippot : "Je voulais être jardinier"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le vice-président du Front national, invité vendredi de l'émission "Ça pique mais c'est bon" sur Europe 1, est revenu sur sa passion première : le jardinage. 

INTERVIEW

Dans un reportage d'Envoyé Spécial qui lui était consacré ce mois d'octobre, Florian Philippot confessait que sa vocation première n'était pas la politique mais le jardinage. Le numéro deux du Front national a confirmé vendredi dans l'émission Ça pique mais c'est bon sur Europe 1 cette passion première. 

"Je parlais à mon arbre". "Il paraît que lorsque vous étiez petit, vous rêviez d'être jardinier, c'est vrai ?", lui demande ainsi Anne Roumanoff. "Oui, c'est vrai", lui répond Florian Philippot. "Finalement, je fais pousser des idées, des idées plus positives que ce que vous ne semblez pensez", ajoute-t-il après une métaphore politico-florale de l'humoriste. Révélant qu'il avait son potage, le vice-président du FN raconte encore qu'avec sa famille, ils allaient "en forêt". "Je m'intéressais à toutes les essences d'arbre. J'avais mon arbre et je lui parlais", se souvient-il encore, avant d'ajouter : "je lui demandais comment ça allait". 

Et Jean-Marie Le Pen ? Interrogé par Willy Rovelli sur ses relations avec Jean-Marie Le Pen - "et à la vieille branche Jean-Marie, vous ne lui parlez toujours plus ? "- Florian Philippot a dû reconnaître que c'était vrai. "Je n'ai jamais été extrêmement proche de Jean-Marie Le Pen", a-t-il explicité. Le fondateur du FN, depuis exclu par sa fille, le déteste-il vraiment comme cela est souvent rapporté ? "J'ai cru le comprendre", répond Florian Philippot.