Florence Cassez "supplie" Sarkozy de la rapatrier

  • A
  • A
Florence Cassez "supplie" Sarkozy de la rapatrier
Partagez sur :

La Française Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour participation à des enlèvements qu'elle nie, a "supplié" samedi le président Nicolas Sarkozy de la "rapatrier" en raison des risques accrus de contagion par le virus H1N1 en milieu carcéral. Le président Nicolas Sarkozy recevra "dans les prochains jours" les parents de Florence Cassez, a indiqué dimanche Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée.

Florence Cassez est toujours prisonnière au Mexique. "Depuis le développement de l'épidémie de la grippe porcine on ne nous donne pas de masque, on nous dit qu'il n'y en a plus", écrit la jeune femme de 34 ans depuis sa prison de Mexico dans une lettre à M. Sarkozy, rappelant qu'elle est incarcérée "depuis 1.240 jours". "Ici on se protège comme on peut, c'est-à-dire mal, du risque de contagion, mais on y est évidemment exposé par le personnel de la prison qui ont, eux, des contacts avec l'extérieur. Monsieur le président, je vous en supplie, rapatriez-moi", conclut-elle.

"Tout comme les autres détenues, j'ai été soumise à un test de santé. Diagnostic : une laryngite. Mon état de faiblesse est connu ici et me rend plus vulnérable au virus", ajoute-t-elle. "Le médecin de la prison, pour tenter de nous rassurer, nous a dit que la grippe n'existait pas et que c'était une invention des politiques", affirme-t-elle encore.

"Le président a décidé de recevoir de nouveau les parents de Florence Cassez pour leur dire qu'il suit sa situation avec beaucoup de vigilance", a dit Claude Guéant au "Forum" de radio J. Cette rencontre se fera "dans les jours qui viennent", a-t-il précisé. En France, Jean-Luc Roméro, président d'Elus Locaux Contre le Sida (ELCS) et Alain Fouché, sénateur UMP, avaient demandé vendredi le rapatriement immédiat de Florence Cassez, une requête identique à celle faite la veille par le député PS du Pas-de-Calais Guy Delcourt.

Florence Cassez, interpellée en décembre 2005 avec son ex-fiancé mexicain et dont l'arrestation a fait l'objet d'un simulacre organisé pour la télévision, a été condamnée à 90 ans de prison, peine ramenée en appel à 60 ans.