Fleur Pellerin : "la réforme du collège est nécessaire"

  • A
  • A
Partagez sur :

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a réaffirmé mercredi matin que la réforme du collège était "nécessaire". 

INTERVIEW

Au lendemain de la manifestation des enseignants contre la réforme du collège, le décret d'application de la réforme a déjà été publié au Journal Officiel. "La caravane passe car la réforme est nécessaire", a réagi mercredi la ministre de la Culture Fleur Pellerin. "Néanmoins, les opposants ont été entendus puisque la ministre de l'Education nationale a décidé de confier un certain nombre de missions au Conseil national des programmes".

"Nous avons le courage d'agir". "Il y a eu de l'écoute. La ministre a pratiqué le dialogue et l'écoute. Elle a expliqué pendant de longues semaines aussi bien les motivations que le bien-fondé de cette réforme", a défendu Fleur Pellerin, mercredi matin sur Europe 1. A un moment, il y a une décision à prendre. Cette décision a été prise". Extrêmement choqué par le "mépris du gouvernement", François Bayrou a appelé à "une manifestation nationale". "On peut toujours manifester et préférer ne rien faire plutôt que d'agir. Nous, nous avons le courage d'agir", lui a rétorqué Fleur Pellerin.   

"Ne sacrifiez pas la culture". Mercredi, la ministre de la Culture va réunir avec Manuel Valls à Matignon les 30 signataires du "pacte de la culture". Le principe est de passer des contrats de trois ans avec des mairies à condition qu'elles ne réduisent pas les budgets alloués à la culture. "A un moment où les collectivités territoriales doivent faire un certain nombre d'économies, j'ai souhaité leur dire 'ne sacrifiez pas la culture'. La culture crée du lien, offre des perspectives à la jeunesse et permet de construire un regard critique sur le monde qui nous entoure", estime Fleur Pellerin. "Il ne faut donc pas tailler dans ces dépenses". 

Plus de publicité à Radio France ? Interrogée sur la possibilité d'étendre la publicité sur les antennes de Radio France, la ministre de la Culture est restée ferme. "Sur Radio France, il y a déjà de la publicité. Personne ne comprend pourquoi la publicité est limitée aujourd'hui à certains secteurs. Je veux faire en sorte de sécuriser les recettes de Radio France. Mais on n'augmentera pas les volumes de publicité", a-t-elle promis.