Finances de l'UMP : Copé va sortir son rapport

  • A
  • A
Finances de l'UMP : Copé va sortir son rapport
@ MaxPPP
Partagez sur :

La publication de ce rapport intervient un mois après les accusations de prestations surfacturées à l'UMP à la société de communication Bygmalion.

Jean-François va lancer sa contre-offensive dans l'affaire Bygmalion. Le président de l'UMP présentera en début de semaine un rapport sur la situation financière du parti, dont il assure qu'il fera litière des accusations de surendettement et favoritisme qui pèsent sur lui. Dans une interview au Journal du Dimanche, le député-maire de Meaux annonce qu'il présentera à la direction de l'UMP "un exposé complet pour démontrer" que les accusations "sont totalement mensongères".

Une facture de huit millions pour Bygmalion. Pour rappel, Jean-François Copé est soupçonné de favoritisme envers Bygmalion, une agence de communication fondée par deux de ses intimes, Bastien Millot, son ex-directeur de cabinet à Meaux et Guy Alvès, son ancien chef de cabinet à Bercy. Le montant total de ses surfacturations s’élèverait à huit millions d'euros. "Lors des meetings, les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d'éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels", détaillait Le Point, qui a révélé l'affaire, le 27 février dernier.

Une dette moins élevée qu'avant son arrivée, assure Copé. Il fera cette présentation mardi devant le comité stratégique et mercredi devant le bureau politique du principal parti d'opposition. "La dette nette de notre parti est de 24,1 millions d'euros, soit beaucoup moins qu'après la présidentielle de 2007" et pas du tout de 96 millions comme lancé dans le débat. "Sur chaque prestation, Bygmalion a perçu entre 7 et 8% d'honoraires", là ou "d'autres avaient perçu 27% avant mon arrivée à la tête de l'UMP" à fin 2012, assure l'ancien ministre du Budget.

Des "accusations diffamatoires". "Je montrerai aussi que la fausse accusation de favoritisme est diffamatoire car les partis politiques ne sont pas soumis aux codes des marchés publics. Ils choisissent de travailler avec des prestataires compétents et loyaux", dit-il en allusion à Bygmalion. Jean-François Copé a d'ailleurs porté plainte contre Le Point.

"Serein" concernant l'enquête qui le vise. Jean-François Copé assure encore de regarder "de manière très positive et sereine" l'enquête préliminaire ouverte sur ce dossier, car "tous ces éléments, certifiés par des commissaires aux comptes indépendants, sont bien entendu à la disposition de la justice". Le 5 mars dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire visant implicitement Jean-François Copé. Cette enquête, confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, a été ouverte pour "faux", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

SOUVIENS TOI - Copé n’a pas toujours défendu la transparence

L'INFO - Copé va déposer deux lois sur la transparence

ON VOUS RÉSUME - Une du Point : ce qu'on sait sur "l'affaire Copé"

JUSTICE - Affaire Copé : une enquête préliminaire ouverte