Financement des campagnes 2014/2015 du FN : un proche de Marine Le Pen mis en examen

  • A
  • A
Financement des campagnes 2014/2015 du FN : un proche de Marine Le Pen mis en examen
Un proche de Marine Le Pen est mis en examen dans l'affaire sur le financement de ses campagnes de 2014 et 2015.@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, a été mis en examen pour abus de biens sociaux, dans l'enquête sur le financement des campagnes de 2014 et 2015 du Front national. 

Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et pilier de la communication du Front national à travers sa société Riwal, a été mis en examen dans l'enquête sur le financement des campagnes électorales du parti frontiste en 2014 et 2015, a appris l'AFP samedi de source judiciaire. L'ex-dirigeant du GUD - syndicat étudiant d'extrême droite - a été mis en examen, le 15 février, pour "abus de biens sociaux" dans le cadre d'une information judiciaire ouverte fin octobre sur les élections municipales et européennes de 2014 et départementales de 2015, a précisé cette source, confirmant une information du Monde.

Surfacturations des frais de campagne ? En octobre, Frédéric Chatillon a déjà été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour répondre du financement de la campagne des législatives de 2012 avec notamment le FN et deux de ses dirigeants, Wallerand de Saint-Just et Jean-François Jalkh. La justice soupçonne le parti d'avoir mis en place, via des kits de campagne fabriqués par Riwal, une escroquerie au préjudice de l'État, qui rembourse les frais de campagne, par le biais notamment de surfacturations. Et, elle reproche à Frédéric Chatillon d'avoir mené grand train grâce à ces montages. Une autre enquête, encore au stade préliminaire, a été ouverte début novembre concernant les régionales de 2015

Un crédit illégal accordé au micro-parti. Frédéric Chatillon a été mis en examen le 15 février car les juges soupçonnent sa société Riwal d'avoir accordé un crédit au parti frontiste via Jeanne, un mouvement satellite du FN. Or, les personnes morales n'ont pas le droit de contribuer au financement des partis politiques, a relevé une source proche de l'enquête.