Fillon prend ses distances avec l'UMP

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - L'ancien Premier ministre ne veut plus participer à l'organisation du parti.

L'INFO. Très discret depuis l’arrivée tambour battant de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP, François Fillon n’a néanmoins renoncé à rien. Et ce n'est pas à l'UMP qu'il a l'intention de passer son temps. Selon les informations d'Europe 1, l'ancien Premier ministre a au contraire l'intention de prendre ses distances avec le parti dirigé par Nicolas Sarkozy.

>> LIRE AUSSI - UMP : le cadeau empoisonné de Sarkozy à Fillon et Juppé

"Sa mission auprès de l’UMP est terminée". François Fillon l'a expliqué mercredi soir à ses amis députés, qu'il avait réunis pour un pot de fin d'année : il a renoncé à toute fonction opérationnelle à l'UMP car il est persuadé que c’est contre son intérêt. "Sa mission auprès de l’UMP est terminée", confirme un de ses proches. Pas question pour l'ancien Premier ministre d'assister aux commissions d’investitures, par exemple. Et le bureau politique, il n'ira que quand il le jugera indispensable.

>> LIRE AUSSI - L'UMP de Sarkozy part à la chasse aux dons

RTR4GFAE(1)

Surtout ne pas froisser Sarkozy. Si le député de Paris ne veut plus s'investir dans l'organisation de son parti - dont il avait brigué la présidence il y a deux ans -, "ça ne veut pas dire qu’il s’en désintéresse, mais il se désengage", décrypte un élu. Et pas question de laisser dire que c'est en raison de la présence de Nicolas Sarkozy à la présidence. Les fillonistes crient ainsi sur tous les toits qu'il n'y a point d'animosité entre les deux hommes.

>> LIRE AUSSI - Comment Fillon veut sauver sa peau

Fillon trace sa route. Après le très froid communiqué de François Fillon suite à la victoire de l'ancien chef de l'Etat, certains à l'UMP ont estimé que le Sarthois avait commis une faute. Depuis, François Fillon fait tout pour se rattraper.  Et ses relations avec Nicolas Sarkozy sont désormais plus détendues. Ce qui ne va pas empêcher l'ancien chef de gouvernement de continuer à tracer son sillon. En janvier, il fera ainsi des annonces sur le logement et il prépare un livre pour l'automne prochain. Sans oublier un déplacement au Liban à la fin de la semaine. Objectif : montrer que si les sondages ne sont pas flatteurs, lui a un projet déjà ficelé.