Filippetti tacle Valls après sa tribune dans le JDD

  • A
  • A
Filippetti tacle Valls après sa tribune dans le JDD
@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La porte-parole de Benoît Hamon a qualifié de peau de banane le texte publié dimanche par l’ancien Premier ministre pour expliquer son manque de soutien au candidat. 

Aurélie Filippetti, porte-parole de Benoît Hamon, a balayé dimanche d'un revers de main la tribune de Manuel Valls dans le JDD dans laquelle l’ancien Premier ministre se défend de toute trahison et explique son manque de soutien au candidat PS. "C'est une peau de banane mais je ne pense pas que ça suffise à entraver la campagne de Benoît Hamon", relativise-t-elle auprès de l’AFP. "La réalité est que le suffrage s'est exprimé massivement en faveur de Benoît Hamon", martèle l'ancienne ministre de la Culture.

"Ça discrédite la politique". Toujours à propos de la tribune de Manuel Valls, dans laquelle il éreinte le programme de Benoît Hamon, accusé de faire monter le FN, Aurélie Filippetti estime que "ce qui fait le lit du FN, c'est quand on ne respecte pas des engagements pris dans une campagne présidentielle ou pris dans une campagne de la primaire". "Ça discrédite la politique, c'est ça qui fait le jeu du FN", a-t-elle dénoncé.

Les éléphants ? "Il vaut mieux qu'ils ne soient pas là". Interrogée sur le manque de soutien plus général de ténors socialistes à Benoît Hamon, qui tient un meeting important dimanche à Bercy, elle a rétorqué que "si c'est pour avoir des rangées d'éléphants socialistes, alignés, qui viennent s'afficher sur la photo, il vaut mieux qu'ils ne soient pas là". "Ceux qui boudent, qu'ils restent dans leur bouderie, nous on est sur le terrain, on ne se résigne pas à la disparation de la gauche dans cette présidentielle", a ajouté la députée de Moselle.

"Cette ligne libérale, elle veut rentrer par la fenêtre." "Cette ligne libérale (incarnée selon elle par M. Valls), elle est sortie par la porte des primaires, elle veut maintenant rentrer par la fenêtre", a ironisé Aurélie Filippetti, qui ne demande cependant pas de sanction à l'égard de ceux qui ne veulent pas soutenir la campagne de Benoît Hamon.