Fessenheim : EELV monte au créneau

  • A
  • A
Fessenheim : EELV monte au créneau
Les Verts ont aussitôt donné de la voix pour dénoncer l'incident à la centrale nucléaire de Fessenheim.@ MAXPPP
Partagez sur :

RÉACTIONS - L'incident survenu dans la centrale nucléaire a fait réagir les écologistes.

Depuis des mois, des années, Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises, est dans le collimateur des écologistes. Ceux-ci n'ont donc pas tardé à dénoncer l'incident qui s'est produit mercredi lors d'une opération de maintenance dans la centrale, faisant deux blessés légers.

"La fermeture, c'est maintenant"

François de Rugy, coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a ainsi aussitôt déclaré que cet incident venait "rappeler à tout le monde qu'il y a un danger avec le nucléaire". "François Hollande a pris un engagement de fermer Fessenheim, cet engagement, il faut qu'il soit tenu", a-t-il martelé, réclamant un "calendrier". Le député exige également "un audit transparent et pluraliste des centrales nucléaires qui puisse juger de nos installations, à commencer par les plus anciennes".

Même son de cloche du côté de l'ancienne candidate d'EELV à la présidentielle, Eva Joly, qui dit sur Twitter attendre "la plus grande transparence". "Et le calendrier de fermeture" de la centrale. Sandrine Bélier, eurodéputée EELV, commente elle aussi sur Twitter : "Oui, vraiment, la fermeture c'est maintenant !".

"Incident sans enjeu de sûreté"

Le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, s'est de son côté fendu d'un communiqué rassurant. La ministre socialiste, Delphine Batho, "s'est immédiatement entretenue avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui lui a confirmé que cet incident est sans enjeu de sûreté". Delphine Batho a également demandé à EDF et à l'ASN "un rapport complet sur cet événement, qui sera rendu public".

L'incident a également inspiré la droite. Sur son compte Twitter, le député UMP des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca, n'hésite pas à ironiser : "Incident à la centrale de Fessenheim… et ce sont les Verts qui ont des vapeurs !".



De son côté, Jean-Marie Bockel, sénateur UMP du Haut-Rhin, a estimé sur Europe 1 qu'il n'y avait "pas de problème Fessenheim". "Sur le plan de la sécurité, on sait exactement quoi faire pour que cette plus vieille centrale reste, comme elle l'est aujourd'hui, la plus sûre", a-t-il conclu.