"Faites-vous vacciner!"

  • A
  • A
"Faites-vous vacciner!"
Partagez sur :

Roselyne Bachelot a appelé jeudi les Français à se faire vacciner contre la grippe A. Les vaccins sont "absolument sûrs", a-t-elle assuré.

"Faites-vous vacciner pour vous protéger, pour protéger vos proches !" Roselyne Bachelot, qui s'est elle-même fait vacciner avec le sourire jeudi à la mi-journée à Paris, a donné le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la grippe A, jeudi sur Europe 1, et lancé un appel aux Français : "Les bénéfices de la vaccination sont immenses. La vaccination est la meilleure prévention devant cette pandémie."

Interrogée sur la fiabilité des vaccins, la ministre de la Santé a affirmé qu’ils étaient "absolument sûrs" : "Les produits ont été testés. Le vaccin que nous utilisons a déjà utilisé par 100.000 professionnels de santé à l’hôpital."

Regardez l'interview de Roselyne Bachelot en intégralité :

Sur la nécessité d’une seconde injection, Roselyne Bachelot a rappelé qu’il existait "déjà une bonne immunité avec une dose" et que des tests étaient actuellement menés pour s’assurer que "cette immunité est bien durable dans le temps. Ce serait une formidable nouvelle que nous puissions avoir une seule dose à injecter", ce que nous saurons "à la fin du mois" de novembre.

"Une forme de vaccin spéciale" a été conçue pour les femmes enceintes, qui "pourront commencer à se faire vacciner dans une semaine". Enfin, la population des sans-abri et des SDF sera "bien entendue vaccinée" avec "des équipes mobiles spécialement dédiées à cette population".

Amenée à commenter le choix des 12 villes retenues pour accueillir l’Euro 2016, la ministre des Sports a "regretté" l’absence de villes de l’Ouest de la France : "Des grandes villes de football comme Rennes et Nantes n’ont pas voulu se porter candidates." Pourtant, a assuré Roselyne Bachelot, "elles en avaient les moyens, surtout que les investissements que l’on fait dans ce domaine sont éminemment rentables".

Enfin, Roselyne Bachelot, qui ne sera pas à Dublin samedi pour le match de barrages de l’équipe de France face à l’Irlande, a démenti toute friction avec sa secrétaire d’Etat aux Sports Rama Yade : "Contrairement à ce qui est écrit, je m’entends très bien avec Rama Yade. J’ai l’habitude de travailler avec elle", a assuré la ministre, avant de conclure : "Elle s’est désolidarisée du gouvernement [en exprimant son refus de la suppression du DIC, le droit à l'image collective, un avantage fiscal pour les sportifs de haut niveau], dont acte."