Face aux agriculteurs, Sarkozy fait du copier-coller

  • A
  • A
Face aux agriculteurs, Sarkozy fait du copier-coller
Partagez sur :

Une partie de son discours de mardi reprenait des phrases qu’il avait déjà prononcées, huit mois plus tôt... au mot près.

"Moi je ne suis pas venu vous tenir un discours que vous avez déjà entendu", assurait mardi Nicolas Sarkozy, annonçant son plan d’aide à l’agriculture. Et pourtant, de nombreuses similitudes entre cette intervention et les propos qu’il avait tenus le 19 février 2009 à Daumeray, dans le Maine-et-Loire, ont été relevées mercredi par Canal +. Yann Barthès évoquant même un étrange "copier-coller" dans son Petit Journal. (Voir la vidéo)

En superposant les deux discours, on entend effectivement le président prononcer, au mot près, les mêmes phrases, dont la désormais fameuse tirade sur l’identité nationale : "Le mot 'terre' a une signification française et j'ai été élu pour défendre l'identité nationale française." Une phrase qui avait fait couler beaucoup d’encre, mardi, deux jours après le lancement par Eric Besson de son "débat sur l’identité nationale".


- VERBATIM -

- Un agriculteur est un entrepreneur -

"Un agriculteur, c’est d’abord,et je ne me lasserai jamais de le dire, un entrepreneur, un entrepreneur qui ne compte pas ses heures, qui porte la responsabilité d’investissements importants, qui doit relever quantité de défis humains, financiers, techniques, administratifs considérables. C'est un chefd’entreprise, un agriculteur, mais qui doit s’adapter en permanence au climat, au marché, aux technologies et aux réglementations. Pour être un agriculteur, on me l’a dit d’ailleurs, tout à l’heure, ilfaut être passionné et il faut être travailleur."

Nicolas Sarkozy, le 19 février, à Daumeray, dans le Maine-et-Loire


"Un agriculteur est donc un entrepreneur, mais un entrepreneur qui ne compte pas ses heures, qui porte la responsabilité d’investissements importants, qui doit relever tous les jours des défis humains, financiers, techniques,administratifs considérables. C'est un chef d’entreprise qui doit s’adapter en permanence au climat, aux marchés,aux technologies, aux réglementations. Pour se lancer dans l’agriculture, il faut d'abord de l’esprit d’entreprise. Pour s’y maintenir il faut de la ténacité. Pour y réussir il faut du talent. Bref, pour être un agriculteur, il faut être untravailleur, il faut être passionné. J’ai été élu pour aider les Français passionnés qui veulent vivre de leur travail."

Nicolas Sarkozy, le 27 octobre, à Poligny, dans le Jura.

- Le mot "terre" a une signification française -

"Cela m’a permis (...) de renouveler le lien charnel que la France a avec son agriculture et avec sa terre. Le mot "terre" a une signification française et j'ai été élu pour défendre l'identité nationale française.Et dans cette identité nationale française, il y a le rapport des Français avec la terre. Toutes les familles de France ont des grands-parents, des parents qui, à un moment ou un autre, ont travaillé la terre. L’agriculture a façonné nos paysages. L’agriculture a donné à notre pays une partie de son âme. C’est avec ces convictions à l’esprit que nous allons ensemble oeuvrer à la défense et à la promotion de l’agriculture française."

Nicolas Sarkozy, le 19 février, à Daumeray, dans le Maine-et-Loire


"La France a un lien charnel avec son agriculture, j’ose le mot : avec sa terre. Le mot "terre" a une signification française et j'ai été élu pour défendre l'identité nationale française. (...) Et cette identité nationale française est constituée notamment par le rapport singulier des Français avec la terre. Toutes les familles de France ont des grands-parents qui, à un moment ou un autre, ont travaillé la terre. L’agriculture a façonné nos paysages. L’agriculture a donné à la France une partie de son âme.C’est avec ces convictions que nous allons ensemble oeuvrer pour l'avenir de notre agriculture."

Nicolas Sarkozy, le 27 octobre, à Poligny, dans le Jura.


> L'intégralité du discours du 27 octobre

> L'intégralité du discours du 19 février