Face à Sarkozy, Le Maire crée la surprise

  • A
  • A
Face à Sarkozy, Le Maire crée la surprise
@ Reuters
Partagez sur :

UMP - En frôlant les 30% des suffrages à l'élection pour la présidence de l'UMP, le député de l'Eure place ses pions.

Largement battu par Nicolas Sarkozy dès le premier tour, Bruno Le Maire ne sera pas président de l'UMP. Le député de l'Eure a obtenu 29% des voix à l'issue de l'élection interne du parti, contre 64,5% pour l'ancien président. Pourtant, un parfum de victoire flottait à son QG de campagne du 15e arrondissement de Paris, samedi soir. Bruno Le Maire a été longuement acclamé par ses partisans. "Je suis heureux !", leur a-t-il lancé.

>> LIRE AUSSI - UMP : Nicolas Sarkozy élu sans triomphe

Heureux, il peut l'être. Avant le scrutin, Bruno Le Maire fixait, en privé, son objectif à 20% des voix. En titillant la barre des 30%, il a incontestablement créé la surprise. "Vous avez marqué massivement votre volonté de renouveau", a-t-il déclaré devant ses partisans. "Cette volonté devra être entendue et respectée". Un message clair à destination du nouveau président de l'UMP, Nicolas Sarkozy.

"Un militant parmi les militants". Fort de ce score, que va-t-il faire désormais ? "Je resterai toujours du côté du rassemblement de ma famille politique. Je suis un militant parmi les militants", a assuré celui qui veut désormais se concentrer sur les élections départementales et régionales de 2015. "Et surtout, je veux que l'UMP se tourne immédiatement vers les Français et les problèmes des Français", a-t-il ajouté.

Un pari réussi. "Il y a clairement deux vainqueurs dans cette élection", selon Alexandre Kara, chef du service politique d'Europe 1. Pour lui, c'est une "victoire en termes de suffrages pour Nicolas Sarkozy, mais une victoire politique pour Bruno Le Maire". Ce dernier, "encore inconnu il y a quelques mois, a réussi son pari : défier la suprématie annoncée de l'ex-président de la République en rassemblant presque 30% des suffrages".

Le score de Bruno Le Maire a de quoi satisfaire, au sein de l'UMP, les futurs rivaux de Nicolas Sarkozy pour la primaire qui devrait avoir lieu en 2016. Tout en saluant le "score très net" de l'ancien chef de l'Etat, Alain Juppé a aussi souligné celui, "tout à fait remarquable", de Bruno Le Maire. Un résultat également salué sur Twitter par l'ancien ministre Xavier Bertrand, candidat déclaré à la primaire. Quant à François Fillon, il a félicité les trois candidats dans un communiqué, tout en appelant "au respect de toutes les opinions exprimées lors de cette élection". Une référence implicite au score élevé de son ancien ministre de l'Agriculture.



>> LIRE AUSSI - UMP : la bonne opération d'Alain Juppé

Quelles ambitions ? La primaire, Bruno Le Maire pourrait-il lui aussi y penser ? En petit comité, il ne cache pas ses ambitions pour l'élection présidentielle de 2017. Reste à savoir si son bon score lui servira de tremplin. "En tout cas, il a bien pris une longueur sur ceux de sa génération, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez ou Xavier Bertrand", analyse Alexandre Kara sur Europe 1. Même si la route est encore longue.

>> LIRE AUSSI - Et maintenant, place au duel NKM-Wauquiez !