EXCLUSIF - Ségolène Royal va lâcher la présidence de la région Poitou-Charentes

  • A
  • A
EXCLUSIF - Ségolène Royal va lâcher la présidence de la région Poitou-Charentes
@ Reuters
Partagez sur :

Alors qu’une polémique naissait sur l’éventuel maintien de la ministre à la tête de sa Région, dans l'entourage de l’intéressée, on affirme qu'elle va passer la main.

INFO E1 - Non, Ségolène Royal ne cumulera pas ses fonctions de ministre de l’Ecologie avec son mandat de président du Conseil régional de Poitou-Charentes. L’ancienne candidate à la présidentielle de 2007 a confirmé jeudi en milieu de matinée l'information dévoilée plus tôt par Europe 1 selon laquelle elle passera sous peu la main dans sa Région. "De toute façon, c'est la règle. Je transmettrai la présidence de la région lors de la prochaine session du Conseil régional, avant l'été", a-t-elle déclaré à l'AFP. Mais "je reste conseillère régionale car je ne veux pas abandonner ma région", a précisé la nouvelle ministre.

Elle n’avait pas le choix. Cette décision est finalement peu surprenante. A peine nommée ministre, après plusieurs années de traversée du désert, Ségolène Royal n’avait pas vraiment intérêt à débuter son action par une polémique en réclamant une exception pour sa personne. Car si elle était restée présidente de région, cela aurait été une entorse aux règles édictées par François Hollande. Le président de la République a fait signer à ses ministres, en mai 2012, une charte de déontologie dont le point numéro 4 est on-ne-peut-plus clair : "les membres du gouvernement consacrent tout leur temps à l’exercice de leurs fonctions ministérielles. Ils doivent, de ce fait, renoncer aux mandats exécutifs locaux qu’ils peuvent devenir". Une consigne appliquée par tous, y compris Ségolène Royal.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ATTENDUE AU TOURNANT - Les écolos restent vigilants

COÏNCIDENCE - Royal assise à côté de Hollande ?

REMANIEMENT - Les 5 infos à retenir

LA LISTE - Voici le gouvernement de Manuel Valls

LA DÉCISION - Le gouvernement se fera sans les écologistes